iWatch : Apple se montre prêt pour le quatrième trimestre 2014

Mobilité

L’iWatch pourrait bien être sur tous les étals avant la fin de l’année 2014 si l’on en croit le très sérieux New York Times.

La montre connectée d’Apple, l’iWatch, est sur toutes les lèvres depuis de nombreux mois. Elle pourrait bien être sur tous les étals avant la fin de l’année 2014 si l’on en croit le très sérieux New York Times.

Apple a été précurseur de l’ère smartphone avec le lancement de son premier modèle baptisé iPhone en 2007, puis a démocratisé les tablettes tactiles auprès du grand public avec l’iPad. La société dirigée par Tim Cook devrait maintenant faire ses débuts dans le secteur des « wearable devices » (électronique à porter sur soi). Dans un long portrait de Tim Cook, le New York Times indique que l’iWatch devrait être lancée au quatrième trimestre de l’année 2014, s’appuyant sur les déclarations de personnes impliquées dans le projet, sous couvert d’anonymat.

L’information est conforme à l’annonce faite par le site japonais Nikkei qui évoquait un lancement de l’iWatch en octobre 2014.

Le premier étage de la fusée se nomme HealthKit. Fonctionnant avec la future application Health d’iOS 8, le « kit de santé » permettra de collecter, centraliser et analyser des données de santé provenant de trackers de santé. Apple l’a présenté il y a quelques jours à l’occasion de la WWDC (Worldwide Developers Conference) qui s’est tenue du 2 au 6 juin 2014 à San Francisco.

Les aspects santé et fitness devraient ainsi être au coeur de l’iWatch avec un suivi continu des pulsations cardiaques via l’application Health. Grâce à un capteur optique, les smartwatches Gear 2 Neo et Gear 2 de Samsung permettent similairement de mesurer ponctuellement la fréquence des pulsations cardiaques.

Selon le New York Times, Tim Cook, qui a pris les rênes d’Apple en 2011, est moins enclin que son prédécesseur à participer activement au développement des projets. Pour celui de l’iWatch, il aurait préféré déléguer les détails à des membres de son cabinet exécutif, Johnny Ive en tête. Des talents provenant d’autres sociétés ont également rejoint Apple et pourraient apporter leur touche à l’iWatch et à sa commercialisation : Angela Ahrendts de Burberry, Paul Deneve (ancien P-DG d’Yves Saint Laurent), Kevin Lynch d’Adobe et Michael O’Reilly, un ancien de Masimo Corporation (société qui produit des dispositifs non invasifs de surveillance de la santé).

Apple a également recruté Jay Blahnik, un transfuge venant tout droit de Nike. Gourou du fitness, il a notamment développé le bracelet connecté FuelBand commercialisé par l’équipementier de sport. Les fonctionnalités sportives de l’iWatch seront donc probablement à mettre à son compte.

Si l’on s’en tient aux dernières rumeurs, l’iWatch serait déclinée suivant deux tailles (l’une pour les hommes et l’autre à destination de la gent féminine). L’affichage se ferait sur un écran incurvé de type OLED dont la taille serait comprise entre 1,4 et 1,6 pouce. Un revêtement saphir viendrait le protéger des rayures.

A l’instar de nombreux autres objets connectés du marché, l’iWatch se connectera via le profil BLE (Bluetooth Low Energy) du Bluetooth 4.0 à un terminal iOS (iPhone ou iPad) évoluant sous iOS 8. La montre devrait elle-même tourner sous une version adaptée d’iOS 8. Elle se connectera de manière bidirectionnelle au terminal iOS afin d’en prendre le contrôle pour certaines fonctionnalités et de recevoir des notifications et autres informations de toutes sortes en provenance de son iPhone ou son iPad.

Reste également la question de la recharge. Apple aurait étudié les pistes des recharges solaire et par induction. Quant à la batterie, on peut s’attendre à un modèle de type Lithium-Polymère plutôt que Lithium-Ion. Ce type de batterie met en oeuvre un électrolyte gélifié plutôt que liquide (Li-Ion). Légèrement plus volumineuses (à cause de leur densité énergétique plus faible), elles sont toutefois pus légères, moins dangereuses (le gel étant moins volatil) et peuvent revêtir différentes formes (idéal pour épouser la forme d’un bracelet par exemple).

Quant au prix, on pourrait voir débouler la tant attendue iWatch d’Apple à partir de 250 dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur