Jaguar laisse présager de nouveaux matériels Apple

Cloud

Les technologies intégrées dans la prochaine mouture de Mac OS X sont si riches qu’elles ne peuvent s’empêcher de dévoiler un peu de l’avenir des matériels de la firme à la Pomme. Steve Jobs a soulevé un bout de voile en annonçant l’arrivée d’un serveur en rack la semaine prochaine, mais il nous réserve sans doute d’autres surprises. Tour d’horizon des technologies et des rumeurs afférentes.

Le serveur en racks (voir édition du 14 mai 2001) fera bien son apparition la semaine prochaine, le 14 mai. Des solutions existent pour Mac, mais aucune venant d’Apple. Cette absence devrait se terminer dans une semaine. C’est Steve Jobs lui-même qui l’a confirmé et en a profité pour montré l’image d’un bout de métal brossé façon Titanium, morceau supposé du futur serveur. Il s’agira d’un retour d’Apple dans le domaine exclusif très particulier des serveurs, que la firme n’avait pas abordé depuis près de six ans. Le Web se perd déjà en conjectures sur ce que cachera la bête ! Certains évoquent la possibilité que le processeur ne soit pas un PowerPC quand d’autres jugent que le moment est venu pour Apple de dévoiler le G5. Les deux groupes risquent fort d’en être pour leurs frais : l’introduction de l’une ou l’autre solution ne colle pas avec la politique d’intégration des technologies engagée par Apple. Le G5 a peu de chances de se trouver dans ce serveur. A l’inverse, l’apparition rapide d’une carte de prototype la semaine dernière sur le site de vente aux enchères eBay pourrait donner quelques idées des technologies qu’il pourrait supporter, même si cette carte n’est vraisemblablement pas celle du serveur en question. Sur le fond, on parle d’Hypertransport, la technologie embrassée par AMD et à laquelle participe Apple, destinée à donner un violent coup de turbo aux flux de données à l’intérieur des ordinateurs. L’idée est de disposer d’une bande passante très importante. Côté moteurs, on parle du G4, cadencé jusqu’à près de 1,4 GHz et peut-être en deux exemplaires dans une carrosserie traitée par le design d’Apple. Pourquoi seulement deux ? Parce que Darwin, qui se trouve au coeur de Mac OS X, ne serait pas en mesure pour le moment de travailler sur plus de processeurs. Côté entrés/sorties, la carte mère révélée sur eBay laisse présager l’introduction d’un connecteur FireWire 2 (IEEE 1394b) qui pourrait fonctionner sur fibre optique. La maîtrise de cette technologie serait assurée par Apple depuis l’été 2001 et peut-être même avant, si l’on en croît certains fournisseurs d’informations non officielles. Reste une certitude : l’introduction de ce serveur montre qu’Apple est prête à s’engager sur des créneaux où elle n’était pas présente. On pense avant tout à l’éducation d’une part, aux domaines scientifiques d’autre part ou encore à l’industrie du cinéma, où les fermes de serveurs en racks sont légion et où les machines d’Apple présentes également font office de monstres dans des pièces où la taille standard est le 1U ou le 2U (voir édition du 14 août 2001) ! Derrière ces niches, l’aspiration de la Pomme est sans doute aussi de retrouver le chemin des grandes entreprises.

De l’innovation dans l’air…

Mais si l’introduction de ce serveur révèle bien une chose, c’est qu’Apple renoue avec sa capacité d’innovation (voir édition du 9 janvier 2002). Les observateurs les plus attentifs avaient soulevé le fait qu’aucune cassure technologique n’avait été introduite par Apple depuis de longs mois, la firme ne faisant qu’agrémenter des technologies qu’elle avait déjà introduites. Le prochain serveur d’Apple met en exergue la formidable introduction de technologies dans Mac OS X et la sérénité d’Apple sur ce sujet. L’étude détaillée des introductions technologiques dans Mac OS X permet de penser à d’autres introductions à venir. La technologie de reconnaissance d’écriture, par exemple, liée à l’introduction de Quartz Extreme permet d’ avancer le fait qu’Apple dispose de toutes les cartes pour présenter un ordinateur sous forme de tablette ! Une rumeur a déjà évoqué cette possibilité et son introduction destinée à conforter la technologie Inkwell d’Apple, dont nous nous étions déjà fait l’écho (voir édition du 27 juillet 2000), ne serait pas étonnante. Ajoutons à cela quelques idées induites par les propos de Jobs sur scène, comme le fait qu’Inkwell était la première technologie issue des réflexions du produit Newton à pouvoir enfin dégager des revenus pour Apple, et on peut être amené à penser qu’il y en aura d’autres. Sans doute pas un PDA sous la forme qu’on connaît aujourd’hui. Dans le même ordre d’idées, la démonstration de Rendezvous faite par Jobs introduit la possibilité de déporter les contenus numériques de l’ordinateur vers d’autres périphériques. Sur scène, un iBook avait accès en diffusion directe à des fichiers MP3 disponibles sur un ordinateur distant auquel il était relié par une liaison Airport sans fil. Connecté à la chaîne hi-fi du salon, il peut ainsi les diffuser en direct. Avec QuickTime intégré à Mac OS X et qui supporte le format de télévision PAL, la même chose deviendra possible sur le téléviseur. Les innovations ne manquent donc sans doute pas dans les laboratoires d’Apple et chaque iApp que dévoile la firme impose inévitablement de se poser la question du périphérique qui pourrait en émerger. Les mois à venir pourraient bien faire soulever plus d’un sourcil aussi bien au sein de l’industrie que parmi les utilisateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur