JBoss Group recrute des développeurs de projets Open source

Mobilité

Les entreprises du monde de l’Open source sont toutes confrontées à la même quadrature du cercle : comment bâtir une activité économiquement viable autour d’un produit distribué gratuitement ? JBoss Group, distributeur du serveur d’applications du même nom, expérimente une approche originale…

Le succès et la pérennité du mouvement Open source dépendent de deux paramètres. D’une part de la bonne volonté d’une communauté de développeurs s’impliquant dans la réalisation d’applications, sans être payés pour cela. Mais ce mode de fonctionnement a ses limites : dès qu’une application gagne en importance, rencontre un début de succès ou devient trop complexe, son devenir peut être menacé si les principaux développeurs qui en ont la charge ne peuvent s’y consacrer pleinement. Ce qui est presque toujours le cas puisqu’ils travaillent à ces projets pendant leur temps libre, par intermittence donc. D’autre part, pour les imposer dans les entreprises, il faut leur adjoindre une offre de services en matière de formation des utilisateurs, de support technique… C’est le rôle des distributeurs. Or la récente histoire de Linux montre qu’il n’est pas aisé pour ces derniers de bâtir un modèle économique viable. JBoss Group, distributeur du serveur d’applications libre du même nom (voir édition du 24 mars 2003), inaugure une nouvelle approche de cette double problématique. Elle consiste à recruter les développeurs responsables de plusieurs projets Open source. Objectifs : permettre à ces développeurs de travailler à temps plein sur leur création, tout en enrichissant la gamme des services que le distributeur commercialise auprès des entreprises.

La professionnalisation de l’Open source

Les développeurs ainsi recrutés seront en effet amenés, en parallèle à leur travail de développement, à assurer au profit de JBoss Group des prestations de support technique relatives à leur produit. Par ailleurs, ils auront pour mission de réaliser une intégration fine de leur logiciel dans le serveur d’applications JBoss. Cela ne signifie pas que les logiciels libres concernés perdront leur caractère multiplate-forme : ils continueront de fonctionner avec les serveurs d’applications rivaux, ceux de BEA Systems, IBM, Oracle… Cela dit, quelques voix s’élèvent ici ou là pour contester le fait que des produits développés par des salariés d’un distributeur d’un serveur d’applications puissent rester durablement indépendants de ce serveur d’applications. Cette crainte est sans doute peu justifiée dans la mesure où ce qui motive avant tout les développeurs recrutés par JBoss est d’assurer le succès de leur produit. Pour que leur audience soit la plus large possible, ils sont donc très attachés à leur indépendance vis-à-vis du serveur d’applications. Et il y a peu de chances que JBoss aille à l’encontre de leur volonté, car il risquerait alors de voir la collaboration tourner court.

Parmi les plus récentes recrues de JBoss, on compte Gaving King, créateur de Hibernate, un moteur permettant de construire des programmes Java ; Remy Maucherat, un des développeurs de Tomcat ; Bela Ban, créateur de JavaGroups ou Julien Viet, développeur de Nukes… Au total, ce sont 25 développeurs qui viendront rejoindre les rangs de JBoss. La démarche de ce dernier s’inscrit dans le processus de professionnalisation du mouvement Open source. Il s’agit d’apporter des gages de sérieux aux entreprises tentées d’étudier les alternatives libres. En clair, d’apporter tous les services qui accompagnent dans le monde marchand l’activité d’éditeur de logiciels. Dans cette optique, la solution du donnant donnant inaugurée par JBoss ? je te rémunère pour que tu puisses développer à temps plein ton logiciel et, en échange, je me rémunère en commercialisant des prestations de support client sur ton logiciel – est une piste intéressante.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur