Jean-Baptiste Rudelle, Criteo : « Nous allons continuer à renforcer nos capacités big data temps réel »

EntrepriseMarketingPublicité
Fleur Pellerin, Jean-Louis Missika et Jean-Baptiste Rudelle

Co-fondateur de Criteo, Jean-Baptiste Rudelle était de passage à Paris pour inaugurer le nouveau Criteo Lab, un centre de R&D de 10 000 M2 destiné à accueillir plus d’une centaine d’ingénieurs et inventer la pub de demain

ITespresso.fr – Avec 4000 annonceurs et 2000 éditeurs, Criteo a démocratisé le marketing à la performance dans le “display”. Après s’être imposés dans le “reciblage”, votre technologie pourrait elle être déclinée sur d’autres segments du marché ? Pourriez vous vendre des clics à des annonceurs dont le site n’a pas encore été visité par un internaute mais dont le profil correspond statistiquement à ses clients ?

 

JBR – Criteo investit lourdement dans la recherché algorithmique afin de pouvoir proposer en temps réel la meilleur bannière possible à chaque internaute en function de son contexte et historique de navigation. Notre moteur prédictif intègre un nombre croissant de dimensions d’analyse avec le triple objectif d’améliorer  la rentabilité des investissements publicitaires des annonceurs, d’optimiser la monétisation des inventaires des éditeurs et enfin d’offrir une navigation plus agréable aux utilisateurs.

 

ITespresso.fr -Vous diffusez près de 10 milliards de bannières chaque mois. Quel regard portez vous sur l’apparition des AdExchange et du real time bidding ? Pourriez vous remonter dans la chaîne de valeur et concevoir votre propre adserver ?

 

JBR – Les ad exchange et le real-time bidding ont eu un impact profond sur la manière d’acheter de l’espace publicitaire. Néanmoins pour bénéficier à plein de ces nouvelles opportunités, cela nécessite des investissements technologiques extrêmement lourds. Criteo est aujourd’hui la seule société au monde capable de supporter en pointe plus de 100.000 enchères personnalisées par seconde sur sa plateforme. Nous allons continuer à renforcer nos capacités « big data temps réel » dans les mois qui viennent.

 

ITespresso.fr -200 M$ en 2011, 400 M$ attendus en 2012.. Criteo sera t’elle la première société européenne à dépasser le milliard de dollars dans la publicité par internet ? Pourriez vous capter une partie des 40 milliards de dollars que génère aujourd’hui Google ?

 

JBR – Le marché de la publicité au display pèse au global plus de 20 milliards de dollars et est en expansion. Dans ce contexte, il existe donc des opportunités de croissance très importantes pour Criteo dans les années qui viennent.

 

ITespresso.fr -On murmure que vous vous préparez à une introduction en bourse pour accélérer votre croissance mais votre technologie intéresse sans doute des géants de l’internet. Criteo : proie… ou prédateur ?

 

JBR – Criteo est avant tout au service de ses clients et de ses partenaires. Nous concentrons notre attention sur le développement de la société plutôt que sur les rumeurs marché.

 

 

ITespresso.fr -Fleur Pellerin a visité votre nouveau campus. Pensez vous que la France a une carte à jouer dans le domaine de la publicité algorithmique ? Paris pourrait elle un jour proposer de meilleurs opportunités à nos meilleurs mathématiciens que les banques londoniennes ? Les pouvoirs publics peuvent ils jouer un rôle dans ce sens ?

 

JBR – La France a des atouts extraordinaires dans le numérique. Nos ingénieurs sont parmi les meilleurs au monde, l’Internet dispose d’un tissu dense d’acteurs locaux, et nous avons des dispositifs type CIR que nous envient le monde entier. Le rôle des pouvoirs publics est de créer et maintenir un environnement réglementaire et fiscal qui encourage ce secteur très stratégique pour l’avenir de notre pays.

 

Fleur Pellerin, Jean-Louis Missika et Jean-Baptiste RudelleFleur Pellerin, Jean-Louis Missika et Jean-Baptiste Rudelle

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur