JeChange ouvre son capital pour s’ouvrir à l’Europe

EntrepriseLevées de fonds
jechange-levee-fonds
0 3

Nouveau tour de table pour le groupe JeChange, qui vise l’international avec ses outils de comparaison, résiliation et souscription de services sur abonnement.

Mise à jour du 25 juillet 2016 à 16 h 44 : revoici la photo de Gaël Duval en tête d’article. Nos excuses.

Après s’être concentré sur le grand public, place au BtoB et à l’expansion internationale : Gaël Duval avait fait passer le message en septembre dernier à l’occasion de France Digitale Day.

Depuis lors, le président-cofondateur de JeChange – par ailleurs membre du nouveau Conseil national du numérique – a mis son plan à exécution.

Sa société, basée près d’Agen, a monté une offre dédiée aux entrepreneurs à partir du comparateur de services facturés JeChange.fr, qu’elle exploite depuis 2007.

Cet outil, qui doit permettre de réduire les factures de la vie quotidienne, se limitait initialement au domaine de l’énergie. Il s’était élargi aux offres Internet (fixe, mobile) en 2009 avec l’acquisition d’iValley, alors éditeur, depuis dix ans, de portails communautaires sur les télécoms en France (dslvalley.com, univers-orange.com, test-ligne-adsl.com, fibre-optique-france.com…).

Ces dernières années, la banque, l’assurance et les crédits se sont ajoutés à ce portefeuille que le groupe JeChange compte désormais développer en Espagne, en Italie et en Belgique, à l’appui d’une augmentation de capital bouclée auprès d’Ardian.

Sans dévoiler le montant de cette levée de fonds, la société d’investissement précise prendre une participation minoritaire. Du côté de JeChange, on nous évoque un ticket à « plus d’un million d’euros »…

Ça bouge au capital

Cette opération entraîne une recomposition de l’actionnariat. GO Capital, qui avait participé, via son fonds Ouest Ventures, au premier tour de table de l’entreprise en 2008 (3 millions d’euros, avec également iSource dans la boucle), passe le relais. En témoignent les propos de Jérôme Guéret. Cet associé chez GO Capital déclare, sur LinkedIn, « laisser dorénavant Ardian et Frédéric Quéru [senior investment manager chez Ardian, ndlr] poursuivre cette belle aventure ».

Une aventure que Renaud Beaupère, cofondateur, a quittée en 2012, pour rejoindre AON France (directeur e-commerce), puis MediaCom (directeur plurimédia et de la digitalisation marketing). Quelques mois plus tôt, Philippe Goold, fondateur d’iValley, avait pris le poste de directeur général délégué, après avoir occupé celui de directeur administratif.

La fusion avec iValley (effective en date du 1er avril 2010) a accompagné la séparation des activités de JeChange en trois pôles de métiers.

Outre la partie Publishing, qui comprend les sites susmentionnés et des publications telles que fautquecachange.fr ou docteur-factures.fr, la société s’est positionnée sur la génération de leads, apportant des clients et des prospects qualifiés en contrepartie des commissions versées par les partenaires sur le principe de l’affiliation (aucun d’entre eux n’est actionnaire, est-il précisé dans les mentions légales).

Elle s’est aussi spécialisée dans la collecte et la monétisation de bases de données qualifiées, avec la possibilité, pour ses comptes, de communiquer sur leurs produits et services.

Apporteur d’affaires

JeChange revendiquait, en 2014, « plus de 600 000 e-mails qualifiés » récoltés auprès de consommateurs désireux de changer de fournisseur pour leur électricité ou leur abonnement téléphonique.

Plus de 600 offres sont référencées sur son comparateur. Un service de lettre de résiliation pour tous types de contrats est proposé en complément, ainsi que des guides pratiques de type « Combien de temps conserver mes papiers » ou « Sans motif et à tout moment, résilier ses contrats d’assurance est possible ».

Avec l’offre JeChange.pro pour les entrepreneurs, Gaël Duval – fondateur, entre autres, de l’agence UN77, fusionnée avec Addvisemédia en 2005 pour fonder Nextedia, lui-même vendu au groupe Lagardère en 2007 – veut approfondir la dimension d’accompagnement pour la souscription des contrats d’assurances, d’énergie et de services télécoms.

Des conseillers sont dédiés à cette tâche. Les effectifs se sont agrandis en conséquence : de 95 employés revendiqués au lancement de JeChange.pro fin mars, on est passé à 110 dans le cadre de cette levée de fonds.

Pourquoi l’Espagne, l’Italie et la Belgique ? Il s’agit, nous explique-t-on, de marchés en croissance, « mais pas encore arrivés à maturité ». Bilan, ce sont « les moins compétitifs et les plus faciles à intégrer », alors qu’en Allemagne et au Royaume-Uni, « le marché est fermé avec des acteurs très lourds ».

JeChange ambitionne aussi de se renforcer dans l’univers des finances personnelles et de renforcer les relations ses partenaires et fournisseurs locaux.

(En illustration, Gaël Duval)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur