Jeux en ligne : Laurent Tapie va reprendre Full Tilt Poker

Marketing

Groupe Bernard Tapie a signé un accord d’acquisition pour s’approprier le site de poker en ligne au coeur d’une escroquerie aux Etats-Unis. Sous certaines conditions.

La reprise de Full Tilt Poker par Laurent Tapie se confirme, malgré les turpitudes rencontrées par ce site de poker en ligne d’origine américaine.

Mais elle pourrait se faire uniquement sous certaines conditions.

Dans un communiqué en date du 30 septembre, le directeur général du Groupe Bernard Tapie annonce la signature d’un accord exclusif avec le conseil d’administration de Full Tilt Poker pour acquérir la société et ses “actifs associés”.

Néanmoins, cette surprenante opération de croissance externe est soumise à deux conditions principales.

Primo, le dédommagement complet des joueurs en ligne lésés par le vaste système d’escroquerie mis en place par l’ancienne direction de Full Tilt Poker (rattrapée au collet par la justice américaine).

Secundo, il est attendu une résolution favorable avec les autorités américaines pour que l’exploitation de la société redémarre de manière sereine.

Groupe Bernard Tapie indique que les discussions avec le ministère de la Justice démarrent “dès maintenant”.

Donc, la famille Tapie se lance vraiment dans le poker en ligne. Des rumeurs bruissaient dans ce sens depuis la fin de l’été.

Laurent Tapie, fils de Bernard Tapie (multi-casquettes : entrepreneur, homme politique, comédien…), se retrouve donc en première ligne pour reprendre en main Full Tilt Poker.

Il se montre certainement intéressé par l’expertise technique de la société américaine qui avait effectué une percée aux Etats-Unis et qui avait constitué une importante base de données des joueurs en ligne non négligeable.

En France, il avait créé en avril 2009 le site BernardTapie.com (bons plans sur Internet) qui est exploité par le biais de la société BLT Développement.

Le service de bons plans sur Internet avait pris position sur le thème du tarif social dans la téléphonie mobile dès janvier (les lignes ont bougé depuis sous l’impulsion d’Eric Besson).

Auparavant, le “fils de” avait lancé deux sociétés Internet : Free-goal.com (un site sur le football au début des années 2000 “repris par un groupe de presse”) et Livebetting.com (site de paris sportifs, racheté en février 2008 par “un groupe de casinos”).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur