Jonathan Ive, le voleur de couleurs

Mobilité

C’est le plus jeune des vice-présidents d’Apple. Et, surtout, c’est lui qui a révolutionné le style de la micro-informatique en balayant la triste couleur beige de nos bureaux pour y installer les couleurs acidulées de l’iMac. Jonathan Ive a donné au design informatique ses lettres de noblesse.

Flegme tout britannique, le responsable de la crise mondiale d’identité visuelle des leaders de l’informatique Wintel a 33 ans ! Arrivé en 1992 en Californie, parce qu’il était “tombé amoureux du Macintosh”, c’est lui qui a fait sauter le carcan de l’informatique traditionnelle, en obligeant les ingénieurs à faire entrer leurs puces dans son cirque, ou plutôt dans ses machines au design si particulier que sont les iMac. Il ne s’agit pas de reverse engineering, mais plutôt de reverse designing. Alors qu’auparavant la boîte beige ou grise qui entoure les composants de l’ordinateur était pensée après que l’ordinateur soit conçu (et apparemment les PC en sont restés pour beaucoup à ce stade !), Jonathan Ive commence par le contenant. Un sacré remue-méninges pour les ingénieurs, qui doivent faire entrer dans les monstres de Ive, leurs bestioles électroniques !

L’Imac n’est pas son premier bébé, bien qu’il lui ait fait gravir les échelons au sein d’Apple. Le benjamin des vice-présidents a aussi “commis” l’ordinateur du XXème anniversaire d’Apple, le Spartacus, et quelques versions du “Newton”, le célèbre assistant personnel de la Pomme, aujourd’hui disparu. Ceux-ci permettent déjà de se faire une idée de ce dont est capable le jeune homme. Et pour lui, l’ivresse c’est également le flacon. Le Cube en est sa plus cristalline expression : suspendre pour 15 000 francs de matériel dans un volume sur pilotis en plastique transparent, il fallait oser !

Mais ce n’est pas fini. Après avoir quitté “Tangerine”, son premier employeur, où il crée des lavabos, des télés et des baignoires, Jonathan Ive a connu cinq années difficiles dés son entrée à Apple. Il a vu la vie en beige. Banni, le beige. Vive la transparence et l’impression de légèreté. L’iSub d’Harmann/Kardon ? C’est lui. La nouvelle souris ? C’est lui. L’iMac et ses couleurs ? Encore lui. Il n’est pas prêt d’abandonner sa quête… Tant de choses restent à faire ! Les portables et les machines de bureau traditionnelles aussi doivent être remaniées. Surtout qu’ils embarquent encore des ventilateurs. Sus aux ventilos, donc et haro sur la redondance des câbles. Fini le temps des pieuvres accrochées aux machines, tout doit disparaître. C’est dans l’air du temps !

Pour en savoir plus :

Une interview de Jonathan Ive sur le site d’Apple (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur