Julien Leroy (AdVideum) : “La publicité vidéo va croître à nouveau de 100% en 2012”

EntrepriseMarketingPublicité

Fondateur et dirigeant d’Advideum, Julien Leroy revient sur le positionnement de cette régie spécialisée dans la publicité vidéo.

Fondateur et dirigeant d’AdVideum, Julien Leroy revient sur le positionnement de cette régie vidéo.

Il évoque les promesses de ce format et revient sur l’épineuse question du modèle économique pour les éditeurs.

Julien Leroy - AdvideumITespresso.fr : Selon l’étude SRI/Cap Gemini, la publicité vidéo explique le rebond du display. Quelles sont vos prévisions pour ce format ? Pourrait-il un jour dépasser la bannière ?

Julien Leroy : C’est effectivement le cas si l’on déduit la vidéo du résultat du display. Celui-ci progresse d’à peine plus de 0%!

La publicité vidéo va croître à nouveau de 100% en 2012 par rapport à 2011 pour la partie in-stream.

Il est envisageable que la vidéo dépasse le display à échéance, même si les inventaires respectifs rendent la probabilité assez faible.

Ce qui est certain c’est que si l’on cumule l’in-stream avec le format vidéo servi en display, le total pèse lourd en 2011.

ITespresso.fr : L’essentiel de la consommation vidéo se fait sur des plates-formes comme YouTube ou Dailymotion, qui disposent de leurs propres régies interne. Quelle part de marché revendique AdVideum sur le segment des régies vidéo ? 

Julien Leroy : AdVideum revendique 10% du marché de la publicité vidéo in-stream ce qui est effectivement un chiffre élevé en regard de l’inventaire… Mais celui-ci est 100% premium!

Il est à noter également que, si le volume de consommation de vidéo est porté par les plateformes de partage, ce sont les chaînes de catch-up qui s’octroient la plus grande part du revenu.

La croissance des volumes vidéo de nos éditeurs de contenud devrait renforcer notre positionnement en 2012 en face des acteurs de la télé de rattrapage (France TV, Canal Plus, M6) et des plateformes de partage.

ITespresso.fr : Avec la haute définition, diffuser une vidéo coûte de plus en plus cher aux éditeurs (jusqu’à 1 centime d’euro par stream). A l’inverse, les CPM vidéos ont tendance à baisser (bientôt 10 euros net). Craignez-vous qu’un jour, la publicité vidéo soit structurellement déficitaire ou qu’elle ne permette pas de financer la création de contenus originaux ?

Julien Leroy : L’équation qui permet de financer des contenus originaux avec la publicité vidéo en ligne n’est clairement pas encore trouvé. Même si nous nous y employons pour nos éditeurs: une vidéo bien choisie et mise en avant peut générer assez de vues pour que la publicité viennent rentabiliser l’ensemble de la chaîne de production.

La publicité permet en revanche bien de couvrir largement les frais de diffusions pour les éditeurs AdVideum, d’abord parce que notre CPM net moyen annonceur en pré-roll est de 18 euros… Et ensuite parce que les coûts de diffusion de contenus courts sur nos sites éditeurs est plutôt de 0,002 euro par stream…Ce qui nous permet de nous limiter à 1 pré-roll unique par contenu.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur