Jungle des réseaux sans fil, l’exemple de Proxim

Cloud

Le marché des réseaux à haut débit sans fil est une jungle où les technologies sont confrontées aux standards, aux normes et à la réglementation. Difficile d’y voir clair entre les sigles, de HomeRF à IEEE 802.11b en passant par Bluetooth ou OpenAir. Proxim, l’un des pionniers américains des transmissions de données par ondes radio, vient de réaliser un revirement stratégique qui le remet en selle dans la course à l’équipement des entreprises, des foyers et des FAI. La firme, longtemps réfractaire à la norme de l’IEEE, la propose depuis quelques mois dans son catalogue. Mais ses technologies propriétaires ne sont pas mises sur la touche pour autant. Stéphanie Chamaillard, responsable marketing Europe de la filiale française, fait le point pour nous sur ce marché en pleine évolution.

VNUnet : La presse parle actuellement beaucoup de l’informatique sans fil. Entre le marché résidentiel actuellement sous les feux de la rampe et celui des entreprises qui tire le secteur, quel regard portez-vous sur ces technologies émergentes ?

Stéphanie Chamaillard :Il ne s’agit plus véritablement de technologies émergentes, même s’il est vrai qu’un temps de “présentation” ou de “prise de contact” a été nécessaire ces dernières années face à des technologies méconnues. Les entreprises ont voulu tester les applications possibles, les produits sans fil ont connu depuis 1997 une réelle évolution pour passer du monde industriel, auquel ils s’adressent originellement, aux marchés résidentiels ou des FAI. En soi, cette technologie n’est pas nouvelle : il s’agit en fait d’une évolution de technologies militaires issues de la Seconde Guerre mondiale et améliorées dans les années 80. Ce qui est nouveau, c’est son adoption et l’extension de ses applications. Proxim est une des premières sociétés, au même titre que Breezecom, Xircom ou Lucent Technologies, à avoir proposé au marché des produits et des solutions.VNUnet : Quelle a été l’évolution récente de cette adoption ?

Stéphanie Chamaillard :L’évolution de l’adoption des technologies sans fil est très particulière : il s’agit au départ d’une technologie destinée à l’identification automatique de données dans le secteur du transport et de

la logistique. En gros, il s’agissait de fournir des terminaux portables, assurant la mobilité et permettant une accessibilité permanente à

l’information dans les vastes hangars de stockage. Cette utilisation date de la période de forte croissance de la logistique en France, dans les années 1996-1998. Mais très vite, d’autres utilisations sont apparues, comme dans les hôpitaux et les cliniques, ou encore les restaurants et les hôtels.VNUnet : En Europe, Proxim est essentiellement connue pour sa technologie OpenAir et son soutien indéfectible à HomeRF que la firme veut élever au rang de standard. Mais vos détracteurs considèrent que ce soutien constitue la défense d’une norme propriétaire. Quelle est votre position ?

Stéphanie Chamaillard :Laissons de côté un instant les questions techniques, bien qu’elles soient au centre du débat ! Nous allons peu à peu nous retrouver confrontés, dans notre vie de tous les jours, à une multitude d’objets qui feront appel à des transmissions sans fil. L’un des enjeux est de parvenir à une “maison intelligente”. Mais un problème de taille se pose : ceci signifie que dans un même environnement, nous allons être entourés de produits fonctionnant sur des fréquences radio communes. Nous le sommes d’ailleurs déjà. Votre four à micro-ondes utilise ces fréquences, votre téléphone sans fil DECT également et la norme Bluetooth fera de même en reliant, toujours sans fil mais dans un rayon très court de moins de 10 mètres, un clavier, une souris ou une imprimante à votre ordinateur. Sans parler du standard 802.11 et de ses dérivés. Tout ce beau monde devra se partager la bande de fréquence radio des 2,4 GHz qui n’est pas extensible.VNUnet : Tout cela donne l’impression d’un certain capharnaüm…

Stéphanie Chamaillard :Sans aucun doute. Qui plus est, les modalités d’utilisation varient avec la réglementation des pays ! Pour Proxim, chacune des technologies ou des normes qui opèrent dans cette bande répond à un besoin précis des clients. A la maison – un environnement propice aux interférences – il semble nécessaire de disposer d’une technologie garantissant une immunité totale. C’est là que la technologie HomeRF et notre gamme de produits Symphony, qui permet de réaliser des réseaux sans fil ayant une portée maximale de 50 à 100 mètres, apportent un véritable plus aux clients. A l’inverse de l’IEEE 802.11b, elle assure cette immunité aux interférences. Et ceci, en raison de l’adoption de la technique du saut de fréquence. Nos produits ne monopolisent pas un canal, comme le fait la norme de l’IEEE, mais en changent très rapidement ce qui permet d’éviter d’avoir des collisions de signaux entre deux appareils utilisant la même plage de fréquences. En plus, nous y ajoutons une meilleure sécurité, car il est impossible de suivre ces sauts. Tout cela à des débits qui vont maintenant de 1,6 Mbits/s à 10 Mbits/s, avec nos nouveaux produits disponibles dès juillet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur