Kim Dotcom voit déferler une Mega-avalanche de moteurs de recherche

Cloud
Kim Dotcom Mega-Search

Mega, un repaire de pirates ? C’est ce que laissent suggérer les nombreux moteurs de recherche indépendants qui ont fleuri pour indexer les fichiers partagés sur le service de Kim Dotcom.

Quand bien même Kim Doctom, après la chute de Megaupload, a pris des précautions pour éviter que le ciel ne lui retombe sur la tête en matière d’infraction au copyright, son nouveau service de stockage en ligne Mega a tout d’un repaire de pirates.

A l’initiative des utilisateurs, il s’est constitué, autour de cette plate-forme, une kyrielle de moteurs de recherche collaboratifs destinés à faciliter l’indexation des fichiers partagés.

Certains se présentent comme de banals forums (Megabook.ws, Mega-Folder.org, MegaSearch.eu…) ; d’autres (FilmonMega.com, SearchOnMega.com…) adoptent une forme plus traditionnelle, mais l’objectif reste le même : pointer vers des contenus hébergés sur Mega.

Mega-Search.me est l’un des derniers-nés. Ouvert la semaine passée, il adopte une interface graphique plus agréable à l’oeil que ses homologues.

Il est hébergé sur un domaine anonyme, vraisemblablement géré par des Français (à s’en fier à la page Facebook officielle du projet).

Vu le niveau de confidentialité en vigueur sur Mega (clés de chiffrement en AES 2048 bits), le moteur ne peut pas indexer lui-même les fichiers.

Ce sont les internautes qui jouent les contributeurs, alimentant la base de données avec des liens publics.

Il en résulte un annuaire comparable aux trackers Torrent et agrémenté d’un système de votes permettant d’éliminer les contenus corrompus ou indésirables.

Par la voix de son avocate Ira Rothken, Kim Dotcom a réfuté toute implication dans le projet. Wired confirme qu’il s’agit là d’une initiative indépendante, mais s’interroge quant à la suite qu’y donnera le sulfureux homme d’affaires allemand.

N’ayant aucun lien avec ces moteurs de recherche tiers, Mega – l’entreprise – ne saurait a priori être tenue responsable des éventuels actes de piratage qui s’ensuivraient.

En outre, son service à tout à y gagner en termes de fréquentation, une donnée non communiquée depuis le 20 janvier et le franchissement d’un seuil symbolique : un million d’utilisateurs en 24 heures.

Un énorme buzz qui conforte Kim Dotcom dans sa position d’icône médiatique, toujours appelé à rendre des comptes devant la justice américaine dans le dossier Megaupload, pour violation du droit d’auteur et blanchiment d’argent.

SearchOnMega

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous vos données personnelles sur Internet ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur