Kima Ventures : Jérémie Berrebi évoque une “réorganisation”

EntrepriseLevées de fondsStart-up
kima-ventures-fonds-amorçage-jeremie-berrebi-xavier-niel

Co-fondateur de Kima Ventures, Jérémie Berrebi ne veut plus que ses activités soit forcément liées à celles du fonds d’amorçage de Xavier Niel. L’art de prendre du recul sans rompre ?

“Alors Jérémie Berrebi va quitter Kima Ventures ?” Ce bruit, on l’entend depuis quelques mois à Paris, y compris par un organisateur d’évènements IT récemment passé dans nos locaux.

Malgré les démentis du principal intéressé. Il reste toujours actif dans le fonds d’amorçage Kima Ventures avec Xavier Niel (Iliad-Free), qui multiplie les financements de projets de start-up (plus de 300 depuis la création de la structure en 2010, “deux ou trois nouveaux investissements par semaine”).

La rumeur d’un éloignement s’était répandue à partir de décembre 2014 avec la révélation d’un investissement de Jérémie Berrebi dans RoundVIP.com, une plateforme de crowdfunding dans l’immobilier, réalisé avec la collaboration avec Jacques-Antoine Granjon (P-DG de Vente-Privée.com et business angel).

Les premières infos, sorties via Challenges.fr, tendaient à indiquer que Jérémie Berrebi prendrait les commandes opérationnelles de la start-up basée en Suisse.

Mauvaise interprétation ? Il serait juste “co-fondateur” et “co-propriétaire” de RoundVIP.com.

Difficile pourtant de nier des tensions au regard des informations fournies par L’Opinion.fr la semaine dernière.
Jérémie Berrebi confirme qu’il existe quelques frictions sur certains dossiers avec Xavier Niel au sein de Kima Ventures.

Car le dirigeant d’Iliad-Free mène aussi des investissements directement dans des projets Internet ou télécoms. Et la confusion aboutit à des tensions.

Installé en Israël, Jérémie Berrebi précise son rôle pour le compte du fonds d’amorçage : “conseil mais pas actionnaire”.
Il tient à garder sa propre casquette de business angel indépendant ou de conseil pour compte de tiers comme auprès de Jacques-Antoine Granjon ou de Marc Simoncini (qui dispose de son propre fonds Jaina Capital).

Pourtant, on tendait à considérer Jérémie Berrebi comme le gardien du temple Kima Ventures. Une image qu’il veut changer.
L’intéressé le confirme à L’Opinion.fr : il va prendre du recul avec la holding Kima sans évoquer de rupture.

“Appelons cela une réorganisation : il va potentiellement y avoir d’autres conseils que moi dans Kima Ventures dans les prochains mois. En revanche, rien ne change entre Xavier et moi.”

Contacté dans le courant de la semaine par ITespresso.fr, l’intéressé n’a pas souhaité apporter davantage de commentaires.

Dans l’équipe présentée sur le site Internet de Kima Ventures, deux autres noms apparaissent en tant qu’associés : Michel Sassano et Vincent Jacobs, tous deux arrivés en 2013.

Jérémie Berrebi fait partie de la première génération des Net-entrepreneurs lorsqu’il vivait en France. En 1996, il a fondé en 1996 sa première société Net2one.com (agrégateur d’articles de presse cédé à Presse Plus en 2004). Puis il a exploité Zlio à partir de  2005, un service de création de boutiques en ligne qui avait dû fermer ses portes brusquement à la mi-2011.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur