Kodak aurait trouvé des leviers financiers pour son redressement

Kodak espère sortir de la faillite au premier semestre 2013. Le géant déchu de la photographie aurait contracté, à hauteur de 793 millions de dollars, des prêts conditionnés à la vente préalable de ses brevets.

Kodak redressement judiciaire faillite prêt JP Morgan

Déclaré au bout de la pellicule à la mi-janvier et placé en redressement judiciaire sous la protection de la législation américaine régissant les faillites (Chapter 11), Kodak compte recouvrer la santé financière au premier semestre 2013.

Aux 500 millions de dollars que l’ex-géant de la photographie espère tirer de la vente d’une partie de ses brevets technologiques, pourrait s’adjoindre une aide de 793 millions de dollars contractée auprès de plusieurs bailleurs de fonds.

Reuters évoque la participation des fonds d’investissement Centerbridge Partners et GSO Capital Parners, mais aussi des banques JPMorgan et UBS.

Ce financement se constituerait de 476 millions de dollars de nouveaux prêts et 317 millions en refinancement d’anciens prêts contractés.

Il complèterait le prêt de 950 millions de dollars initialement contracté auprès de Citigroup, et qui n’avait pas suffi à couvrir l’intégralité des dettes.

La transaction serait toutefois conditionnée à la vente effective des 1100 brevets mis aux enchères.

Les négociations se poursuivent en ce sens avec Apple et Microsoft.

Selon le P-DG Antonio Perez, en plus d’éponger ses créances, le groupe « en ressortira transformé« .

De son avis, cet apport financier constituera un élément clé d’une restructuration qui impliquera vraisemblablement un recentrage sur les solutions d’impression et le BtoB (étiquetage, emballage, etc.), aux dépens des solutions de numérisation et d’imagerie grand public.

S’ensuivra, pour conclure l’exercice 2012, la suppression d’un millier de postes.

Des réductions d’effectifs qui devraient se poursuivre à l’horizon 2013, en écho à la scission et la revente consécutive de plusieurs divisions, notamment le Print & Output System, qui produit des supports « traditionnels » : papier photo, pellicules pour appareils argentiques…

Également ancrées dans le collimateur, les activités Retail System Solutions et Event Imaging Solutions, respectivement chargées des tirages photo en laboratoire et de la vente de produits événementiels dérivés.

Depuis 2003, au gré d’une inéluctable prise de pouvoir du numérique, Kodak a fermé 13 usines, clos 130 laboratoires et prononcé la suppression de 47 000 postes.

Crédit photo Camera Super 8 : Mike Flippo – Shutterstock.com

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



0 replies to Kodak aurait trouvé des leviers financiers pour son redressement

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

03:59:29