Kodak DX6440 : un 4 mégapixels simple et efficace

Mobilité

De la prise de vue automatique au mode entièrement manuel, cet appareil photo numérique répond à la majorité des conditions de prise de vue. Il vise le grand public soucieux de pouvoir prendre la main sur les fonctions automatiques.

En lançant la gamme DX en 2003, Kodak voulait offrir des appareils photo numériques grand public dotés de fonctions évoluées, notamment de partage des photos via Internet ou le courrier électronique. Mission accomplie avec le DX6440 : digne successeur du DX6340, ce nouveau boîtier offre 4 millions de pixels. Son capteur CCD permet ainsi de prendre des images (fichiers JPEG uniquement) en 2 304 x 1 728 pixels qui permettent, selon le constructeur, l’impression papier jusqu’à 50 x 75 cm. Trois autres formats d’images sont proposés à 3,5, 2,1 et 1,1 millions de pixels. Le taux de compression des JPEG est constant quel que soit le format choisi. Le DX6440 dispose d’une optique Schneider pour une focale 33 – 132 mm (en équivalence 35 mm) pour une ouverture f:2,2-5,6 en grand angle et f:4,8-13 en téléobjectif. L’optique est complétée par un zoom numérique 3,8x que l’on utilisera avec parcimonie compte tenu des effets de pixelisation qu’il génère.

Une ergonomie bien pensée

Les dimensions compactes du DX6440 (109 x 64 x 40 mm) permettent de le glisser dans presque toutes les poches. La prise en main se fait assez rapidement et intuitivement. L’ergonomie du boîtier est bien pensée : sur la face arrière, l’écran LCD lumineux de 46 mm (134 000 pixels) cohabite avec un bouton cadran qui permet de rapidement choisir le mode de prise de vue (automatique, portrait, paysage, sport, macro, manuel et vidéo). Un bouton “Delete” offre la suppression immédiate de la photo qui vient d’être prise et le menu, auquel on accède via un bouton dédié, profite d’un système de navigation simple. Il permet de prérégler l’appareil selon ses convenances (choix du format, date/heure, usage ou non de l’écran LCD couleur, etc.). Un viseur “optique” compensera l’usage de l’écran LCD. Enfin, un bouton “Share” déclenche les fonctions de partage des photos par le Web ou via e-mail, tandis que la fonction “Review” permet de visualiser les photos sur l’écran LCD. Outre un format 9 imagettes par écran, la fonction de rotation automatique pour les photos au format “portrait” est très appréciable. Le choix du mode Flash (automatique, anti yeux rouges, etc.) et le retardateur (10 secondes) se retrouvent sur la partie supérieure du boîtier.

Le mode automatique répond plus que correctement à la grande majorité des situations. La mise au point est assez rapide (moins d’une demi-seconde) et précise, même sur les sujets décentrés, et le déclenchement de la prise de vue est instantané. Dans l’ensemble, la restitution des couleurs est respectée et les images sont bien nettes. Les plus pointilleux noteront une légère tendance à saturer les rouges et la présence de “bruit” sur les textures claires naturelles (comme la peau) dans les situations de faible éclairage, en l’absence de flash. Celui-ci est également efficace dans la plupart des cas : il évite de “brûler” les sujets trop proches et sait les éclairer suffisamment dès qu’ils s’éloignent un peu de l’objectif. Le mode vidéo sonore, quant à lui, permet de réaliser des petits films au format QuickTime en 320 x 240 pixels à raison de 15 images/seconde. Une qualité suffisante pour s’amuser, d’autant que le DX6440 dispose d’une mémoire interne de 16 Mo qui permet de stocker des vidéos de 1 minute environ et entre 17 et 50 photos selon le format. Cette mémoire interne pourra être complétée par des cartes Flash de type SD/MMC.

Une bonne impression générale

Globalement, le DX6440 nous a fait une bonne impression. Facile à utiliser en mode automatique, ses options permettront aux plus exigeants d’appuyer certains effets photogéniques. N’espérez cependant pas obtenir de jolis flous d’arrière-plan pour faire ressortir le sujet au premier plan. A l’exception du mode macro (qui, hélas, interdit de s’approcher trop près du sujet, un minimum de 10 cm étant nécessaire), les images s’obstinent dans leur netteté globale. Agaçant, notamment si l’on a l’habitude d’utiliser un appareil argentique. Par ailleurs, le DX6440 est livré sans chargeur de batteries. Cependant, plus de 200 prises de vue avec usage intensif de l’écran LCD et du flash ainsi qu’une trentaine de vidéos d’environ une minute ne sont pas parvenues à mettre à plat la pile au lithium livrée en standard. Disponible pour moins de 100 euros, la station d’accueil EasyShare transfère les photos vers l’ordinateur (via l’USB 1.1) et recharge automatiquement la batterie. Une version de la base avec station d’impression (250 euros environ sans les kits papier/encre) permettra d’imprimer à domicile les images numériques dans une bonne qualité. Le DX6440 sera disponible à partir du 5 août 2003 pour moins de 500 euros.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur