L’UFC-Que Choisir part en guerre contre les services SMS+

Mobilité

L’UFC-Que Choisir alerte les consommateurs sur la situation de mobinautes qui se sont retrouvés contre leur gré abonnés à des services SMS+, permettant la surfacturation des SMS reçus.

L’UFC-Que Choisir a trouvé un nouveau cheval de bataille dans le secteur des télécoms : la lutte contre les SMS surtaxés.

Sont par exemple concernés les fournisseurs de contenus qui proposent aux mobinautes une sonnerie ou un service contre l’envoi d’un SMS surtaxé. Problème : ils semblent que plusieurs clients ayant eu recours à un envoi de SMS+ se soient retrouvés, sans le savoir, abonnés à ce type de service.

Régulièrement, ils reçoivent ainsi sur leur mobile un SMS leur proposant de télécharger une application ou un jeu. Seulement, le fournisseur de contenus leur facture la réception de ce SMS.

L’UFC-Que Choisir dénonce cette pratique peu claire de SMS surtaxés, aussi connue sous le nom de SMS+, et « ce nouveau système de facturation de contenus lancé en 2007 ».

L’association de défense des consommateurs note qu’il y a 4 ans, s’est ajoutée à l’envoi d’un SMS surtaxé par le mobinaute une clause « abonnement », permettant « à un abonné de recevoir par la suite des contenus divers et variés (jeux, sonneries, actualités…) de manière régulière, directement sur son téléphone. Chacun de ces envois lui est alors facturé jusqu’à 3 euros ».

Une variante que fort peu de clients mobiles connaissent, et dont il est très difficile de sortir une fois le premier SMS+ envoyé…

Pour suspendre ce type d’envoi, l’UFC-Que Choisir rappelle une astuce : envoyer le mot STOP en retour aux SMS reçus.

Pour contester les surfacturations liées aux SMS+, le mobinaute doit contacter l’éditeur du service. Pour connaître ses coordonnées, il faut envoyer le mot CONTACT par SMS.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur