La bataille des cartes 3D reprend de plus belle

Mobilité

Huit mois après la sortie du GeForce 256 de nVidia et quelques semaines après l’annonce des nouvelles cartes Voodoo 4 et 5 par 3Dfx, la compétition entre constructeurs de puces graphiques va reprendre de plus belle avec deux nouveaux produits, le G450 de Matrox et le GeForce 2 GTS. En attendant le Radeon d’ATI.

Si ces derniers mois, un certain calme s’était fait sentir sur le front des processeurs graphiques, la farouche bataille entre les acteurs du marché, du moins ceux qui restent en activité, va reprendre de plus belle. En effet, tous les concurrents fourbissent leurs armes, soit à partir de déclinaisons de leurs produits actuels soit avec des développements tout nouveaux. Après les annonces des cartes Voodoo 4 et 5 basées sur le VSA-100 de 3Dfx (voir édition du 22 mars 2000), c’est au tour de Matrox et de nVidia de communiquer cette semaine sur leurs nouveaux produits. Des nouveautés qui n’en sont pas, les chips annoncés n’étant que des émanations du G400 pour Matrox et du GeForce 256 pour nVidia.

Le G450 n’est en fait qu’une version du G400 destinée aux intégrateurs. En théorie, aucune carte retail ne devrait arriver équipée de cette puce. On la trouvera plus sous forme de composant intégré sur des cartes mères. Pour le reste, cette puce gravée en 0,18 micron embarque nombre de fonctions jusqu’à présent déportées sur les cartes G400. Ainsi la gestion du bi-écran Dual Head, la conversion des signaux analogique-numérique, ainsi que le contrôleur des écrans DVI-I et CRT sont à l’intérieur même de la puce. Dernière amélioration notable de cette puce “bas de gamme” chez Matrox, la gestion de la mémoire DDR-Ram 64 bits en lieu et place de la SD-Ram. Avec ce produit, Matrox compte ré-attaquer le marché professionnel et l’entrée de gamme grand public. Le canadien cible en effet les marchés des stations graphiques 2D et 3D à bas prix ainsi que celui des stations bureautiques. Si le G450 devrait être disponible dès juin, on ne connaît pas encore son prix en volume pour les grossistes.

Autre déclinaison de produits, le GeForce 2 GTS. Nous vous en parlions le mois dernier (voir édition du 4 avril 2000) et l’annonce publique sera faite demain par nVidia. Guillemot, via sa filiale Hercules, devrait faire partie de la présentation. Outre les données techniques dévoilées par Elsa, on ne sait pas grand chose sur ce processeur et les cartes qui l’embarqueront. A suivre dès demain pour le détail et les prix des différentes cartes.

Derrière ces deux “ravalements de façade”, les vrais nouveautés pointent pour la fin de l’été. Matrox devrait annoncer sa nouvelle génération de processeur, de même que nVidia à l’automne. L’autre concurrent à reprendre la course sera ATI. Le numéro 1 mondial des puces graphiques prépare avec le Radeon 256 une puce pour les joueurs, à même de concurrencer les GeForce, les références du moment en la matière. Le Radeon 256 sera gravé en 0,18 micron, embarquera 30 millions de transistors et de la mémoire DDR-Ram 128 bits. Pour ce processeur, ATI a mis l’accent sur tous les moteurs de transformation et d’éclairage, à l’image de nVidia avec la première version du GeForce 256. Embarquant les fonctions incluses dans DirectX 8, qui arrive cet été, les Radeons devraient être disponibles aussi à la belle saison en version grand public. Peut être un peu tard quand on connaît le plan de marche de nVidia qui prévoit d’introduire la génération suivante du GeForce avant la fin de l’année

Si tous ces produits sont destinés aux plate forme X86, aucun bruit n’a filtré sur des adaptations éventuelles pour les Macintosh. Mais entre les succès de 3Dfx et l’attachement de ATI à ce marché lucratif, on peut penser que les autres constructeurs ne resteront pas insensibles aux sirènes des machines à la Pomme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur