La bêta de Windows Vista disponible sur les réseaux P2P

Cloud

La mise en partage de la première bêta du futur Windows permet à tout internaute patient de tester Windows Vista. Et Internet Explorer 7.

Le nombre de bêta testeurs de Windows Vista (jusqu’alors connu sous le nom de code Longhorn) pourrait être beaucoup plus élevé que ce que Microsoft prévoyait. Mis à disposition de quelques 10 000 testeurs inscrits aux programmes de développement de Microsoft le 27 juillet dernier (voir édition du 28 juillet 2005), la première version bêta du prochain Windows s’est rapidement retrouvée accessible par tous les internautes via les réseaux d’échange de fichier peer to peer (P2P). Notamment sous le protocole BitTorrent et dans les forum de discussions (newgroup).

Selon Beta News, qui cite des sources anonymes, le fichier mis en ligne pèserait 2,5 Go environ. Une connexion haut débit et une bonne dose de patience sera donc nécessaire aux plus curieux qui ne veulent pas attendre la bêta publique que Microsoft pourrait mettre à disposition avant la version finale. Toujours selon Beta News, le fichier mis en ligne contiendrait également un crack pour faire sauter la clé d’activation du produit, un système de protection identique à celui de Windows XP.

Diffusion en masse, utilisation restreinte

Le fichier illégalement mis en ligne contiendrait également Internet Explorer 7. Comme Microsoft n’avait pas l’intention de généraliser la distribution de la nouvelle version de son navigateur maison, le produit ne possède probablement pas de date limite d’utilisation. Et, a priori, pourrait donc être exploité indépendamment de Windows Vista. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une version bêta qui, aussi aboutie soit elle, n’est pas exempte de bugs et de vulnérabilités diverses. Il n’est donc pas recommandé de l’installer sur une machine de production. Si la diffusion de Windows Vista est désormais publique, son utilisation devrait somme toute rester restreinte.

Il reste à savoir si Microsoft a prévu un recours contre ce type de fuite ou un quelconque moyen d’en limiter la diffusion. Vnunet.fr n’a pas réussi à obtenir de commentaire de la part de Microsoft France sur cette diffusion non autorisée.

Le P2P en ligne de mire des sénateurs américains
Si les conséquences de la diffusion de Windows Vista bêta 1 via les réseaux P2P sont difficilement mesurables, cette mise en ligne relance le débat sur la légalité des réseaux d’échanges en ligne. Pour les sénateurs américains, la récente décision de la Cour Suprême à l’encontre des éditeurs de logiciels d’échanges n’a rien résolu. La plus haute juridiction américaine avait jugé Grokster et Morpheus (sous le protocole développé par Streamcast Network) responsables, jusqu’à un certain point, des échanges illégaux effectués sur leurs réseaux (voir édition du 27 juin 2005). A l’occasion d’une audience rendue jeudi 28 juin, la Commission Commerce du Senat a fermement invité les acteurs des réseaux P2P à renforcer le contrôle de leurs produits face au piratage auquel cas ils pourraient devoir faire face à une législation beaucoup plus restrictive que celle ayant cours aujourd’hui. En ligne de mire, les fichiers musicaux illégalement partagés mais aussi la présence de documents pornographiques trop facilement accessibles par les plus jeunes.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur