La biométrie bientôt dans nos micros

Régulations

Les données “biométriques”, qui prennent en compte les dimensions et les caractéristiques physiques des individus, ont longtemps été la chasse gardée des services secrets. Aujourd’hui le prix des technologies associées chutent et notre voix, notre visage ou nos empreintes digitales pourraient bientôt nous servir de passeport sur Internet.

Au salon informatique du Comdex qui se tient actuellement à Chicago, un stand entier est consacré aux outils d’authentification qui reposent sur la biométrie, un domaine qui étudie entre autres de manière statistique les dimensions et les caractéristiques physiques des humains.

L’avènement d’Internet et le décollage du commerce électronique ont créé une forte demande pour des outils d’identification fiables et utilisables par tous. Les algorithmes utilisés pour identifier la voix ou les empreintes digitales d’un individu ont beau être très gourmands en puissance de calcul, ils peuvent désormais être exécutés par les ordinateurs de bureau d’entrée de gamme. Les sociétés informatiques spécialisées dans la biométrie sont engagées dans de nombreux projets de standardisation comme le développement d’une bibliothèque logicielle commune baptisée HA-API pour Human Authentification Application Programming Interface.

Au Comdex, plusieurs sociétés dont le japonais Nec ont dévoilé des systèmes d’identification par empreintes digitales bon marché destinés au grand public. Bien qu’ils n’offrent pas le même niveau de sécurité que les outils utilisés par les tribunaux, ils sont suffisamment sûrs pour remplacer un mot de passe donnant accès à un ordinateur sécurisé. Le système Touchpass de Nec est vendu 300 dollars (1800 francs) pour un seul poste client et comprend un mini-scanner et le logiciel associé.

Le dernier cri dans le domaine de l’identification par empreintes digitales est une puce spécialisée qui enregistre l’empreinte d’un individu dès que celui la touche. Celle-ci est bardée de mini-capteurs qui mesurent automatiquement la surface du doigt et en prennent aussitôt les empreintes. La société Infineon a montré un prototype de cette puce qu’il compte commercialiser à 20 dollars en OEM dès juin prochain. La société International Biometric Group propose quant à elle un clavier Keytronic déjà équipé de cette puce à 150 dollars (900 francs). Selon elle, les prix devraient rapidement tomber à 50 dollars (300 francs).

En plus des systèmes s’appuyant sur l’analyse des empreintes digitales, d’autres technologies sont aussi prêtes qui pourraient venir s’installer sur nos micros. De plus en plus de PC sont équipés de micros voire de petites caméras destinées à la visioconférence.

Partant de ce constat, la start-up Saflink (SAF pour Secure Authentification Facility) a mis au point un outil qui s’appuie à la fois sur les empreintes digitales, la voix et le visage. Une version 10 utilisateurs coûte 199 dollars (1200 francs). Saflink vend aussi une version spécifique de son produit destinée à Internet. Baptisée Safsite, elle contient notamment un plug-in qui s’installe dans les navigateurs du marché et permet l’identification par la voix des internautes.

Les technologies d’authentification “biométriques” destinées au grand public peuvent remplacer avec la même fiabilité un mot de passe. Elles ne peuvent en revanche servir à identifier formellement un individu donné. Cela demande en effet des outils beaucoup plus sophistiqués et donc beaucoup plus chers comme l’enregistrement haute définition des empreintes digitales ou la numérisation de l’iris de l’oeil.

Iriscan a ainsi montré un prototype de “scanner à oeil” coûtant environ 1000 dollars (6000 francs) capable de prendre une photographie haute résolution de l’oeil afin d’identifier précisément un individu. L’appareil est pour l’instant relié à une carte PC qui analyse l’image mais Iriscan pense pouvoir utiliser une puce embarquée directement dans l’appareil pour effectuer ce travail d’ici la fin de l’année.

Certaines banques américaines et britanniques expérimentent actuellement cette technologie pour laisser entrer leurs employés dans leurs locaux.

Pour en savoir plus :

* http://www.saflink.com.

* http://www.infineon.com.

* http://www.iriscan.com.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur