La chasse à la PlayStation 2

Mobilité

A peine sortie au Japon, il est déjà possible de se procurer la Playstation 2 hors de l’île nippone. Site de ventes aux enchères sur Internet ou petits magasins spécialisés dans l’import de jeux vidéos, certains n’hésitent pas à la proposer au prix fort en dépit des menaces de Sony qui en a interdit l’exportation.

Après la folie qui a entouré son lancement au Japon (voir édition du 6 mars 2000) , la spéculation autour de la Playstation 2 gagne la planète entière. Si, officiellement, Sony Computer Entertainement (SCE) en a interdit l’exportation hors des frontière japonaises, on peut d’ores et déjà s’en procurer à l’étranger, à Hong Kong comme aux Etats Unis, mais aussi en France. Il suffit de chercher un peu. Car même si les premiers modèles de Playstation 2 sont aux formats japonais (standard vidéo NTSC et courant 110 volts) et qu’elles ne bénéficient pas de l’homologation de la communauté européenne, des acheteurs sont prêts à dépenser des fortunes pour acquérir la précieuse console en avant première.

Première étape pour trouver des vendeurs, les sites de ventes aux enchères sur Internet. Sur “ebay.com”, le site américain leader dans le domaine, il y avait déjà cinq vendeurs à la date de vendredi. Trois d’entre eux étaient américains, les deux autres japonais et anglais. En moyenne, la console avec un jeu, une carte mémoire et le dézonage effectué concernant les films sur DVD, était proposé entre 6 000 et 9&nbsp000 francs à débattre. Si certains vendeurs précisaient que la livraison n’auraient pas lieu avant début avril, sous entendant qu’eux mêmes attendaient les pièces, d’autres proclamaient la disponibilité immédiate de la Playstation 2 dès la fin de la période d’enchères. Plus près de nous, sur le site français “ibazar.fr”, un même vendeur, déclarant habiter le département de l’Allier, avait posté trois annonces de Playstation 2, toutes aux même prix : 11 500 francs TTC, à débattre jusqu’au sept avril prochain.

Deuxième étape de la chasse à la Playstation d’import, le quartier de la place de la République, à Paris. Traditionnellement le paradis des consoles et jeux japonais, les magasins du boulevard Voltaire étaient les plus à même de proposer la nouvelle console. Surprise, aucun vendeur ne semble en avoir à vendre, même sous le manteau et au prix fort. En discutant avec les commerçants, on apprend que le matin même (vendredi 10 mars 2000), la police a fait une “descente” suite à plainte de Sony, saisissant les consoles et faisant tirer le rideau de fer aux magasins “coupables”. Des Playstation 2 étaient bien à vendre depuis le début de la semaine à des prix oscillant entre 7 000 et 9 000 franc TTC. Un commerçant, qui avait choisi de ne pas en importer quitte à perdre des clients, nous explique que la division SCE a prévenu par télécopie tous les magasins de l’avenue qu’elle n’hésiterait pas à poursuivre ceux qui importeraient des consoles malgré l’interdiction faite depuis le lancement. Les paroles ont été suivies des actes et désormais plus personne ne semble avoir de Playstation 2 à vendre. Du moins officiellement, car au moment même de la discussion avec le vendeur, un client fait état que la boutique d’à côté en a remis une en exposition…

Outre ces problèmes d’import/export, Sony connaît d’autres problèmes avec son dernier bijou technologique, mais cette fois au Japon. Contrairement aux rumeurs qui circulaient ça et là, Sony a bien livré un million de Playstation 2 le premier week-end de commercialisation, même si la distribution ne s’est pas faite sans mal. D’autre part, certains utilisateurs ont confondu la carte mémoire servant à sauvegarder ses parties avec l’extension matérielle Magic Gate destinée à contrôler la lecture des films en DVD. Trois cent quarante utilisateurs ont téléphoné à l’assistance technique de Sony, soit un pourcentage infime des acheteurs et tous ont réinstallé la machine et réinitialisé la Magic Gate afin que tout rentre dans l’ordre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur