La Chine et l’Iran s’avouent menacés par le bogue

Cloud

Les responsables des deux pays ont expliqué qu’il fallait s’attendre à des problèmes engendrés par le passage à l’an 2000

Si les communiqués optimistes fleurissent dans les pays occidentaux, les responsables iraniens et chinois affichent publiquement leur inquiétude. A Téhéran, le responsable du Conseil suprême des technologies de l’information a déclaré qu’il fallait s’attendre à des incidents et que certains services publics pourraient être perturbés. Il a mentionné les secteurs de la santé, des télécommunications, des transports, de l’électricité et du pétrole.

A Pékin, la responsable des préparatifs de passage à l’an 2000 a souligné que si des efforts considérables de préparation ont été engagés, on ne pouvait exclure des problèmes, étant donné la taille du pays et de sa population. Elle a notamment expliqué que les services publics, la santé et le commerce n’avaient pas atteint le niveau de préparation des secteurs du transport, de la production d’énergie et de la défense.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur