La croissance de Cisco passe par sa réorganisation

Mobilité

Le numéro un mondial des équipements de réseaux, Cisco, vient d’annoncer son plus vaste programme de restructuration depuis quatre ans. La firme californienne, qui était originellement composée de trois branches, comprendra dorénavant onze divisions. Après avoir affiché ses premières pertes annuelles depuis onze ans, Cisco se devait de renouer avec la croissance afin d’enrayer les pertes.

Le ralentissement de l’activité économique aux Etats-Unis, qui a vu la chute de nombreuses valeurs et une succession de profit warnings, force les sociétés à réagir afin de ne pas se laisser emporter par les soubresauts d’un marché en baisse. Cisco, qui avait annoncé il y a encore peu de temps ses premières pertes annuelles (1 milliard de dollars contre un bénéfice de plus de 2,6 milliards l’année précédente), tente une réorganisation totale de sa société.

Jusqu’ici, Cisco était organisé en trois branches : Commercial, Entreprises, Fournisseur de services. La réorganisation du groupe vise à mettre à plat ce système pour créer onze divisions et adopter ainsi une structure par familles de technologies. Ces dernières regroupent ainsi les activités suivantes : Accès, Agrégation, Systèmes d’exploitation, Commutation et Services pour Internet, Accès à l’Ethernet, Services de gestion de réseau, Routage de base, Optique, Stockage, Communications vocales et Communications hertziennes.

Objectif croissance

Pour le groupe présidé par John Chambers, l’objectif premier de cette réorganisation est de renouer avec la croissance, notamment en essayant de se rapprocher au maximum de la demande de sa clientèle. John Chambers estime que cette réorganisation n’a pas pour mission de réduire les coûts, mais bel et bien “de libérer des ressources pour profiter des nouvelles occasions qui se présenteront sur le marché”. Par ailleurs, cette structure devrait permettre de centraliser les prises de décisions vis-à-vis du développement des produits et du marketing. Mais selon les propos d’un analyste chez AMR, cité par le quotidien La Tribune, si cette structure a l’avantage d’éliminer les doublons dans les lignes de produits et laisse la liberté à l’entreprise d’arrêter la commercialisation de produits qui se vendent mal, elle efface de ce fait les différences fondamentales qui existent entre un équipement destiné aux entreprises et un autre destiné aux opérateurs. Les besoins en fiabilité ne sont pas, selon lui, identiques.

Cette réorganisation pourrait aussi entraîner de nouveaux licenciements. Au début de l’année, Cisco avait déjà procédé à 8 500 suppressions de postes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur