La croissance du haut débit en baisse de régime

Mobilité

L’Arcep recense 600 000 nouveaux abonnés haut débit au deuxième trimestre. Huit millions de clients ont choisi l’Internet rapide en France.

La croissance du haut débit a connu un léger ralentissement au deuxième trimestre 2005. Les fournisseurs d’accès Internet annoncent en effet 600 000 nouveaux abonnés haut débit sur cette période, contre 850 000 le trimestre précédent, selon l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). La France comptait ainsi 7,9 millions d’abonnés au 30 juin dernier, soit une progression de 61,6% en un an.

L’ADSL, qui représente désormais 93,4% des abonnements haut débit, reste la technologie la plus répandue dans l’Hexagone. Celle-ci est loin d’être menacée par le câble, utilisé dans 520 000 foyers à la fin du deuxième trimestre, soit une hausse de seulement 22,4% sur un an.

A la même date, l’Arcep recense par ailleurs près de 600 abonnements WiFi, correspondant à des accès dans des lieux privés, et près de 4 400 abonnements fibre optique.

46,8% de parts de marché pour France Télécom

Au regard de ces résultats, la part de marché de France Télécom, qui annonce 3,7 millions d’abonnés haut débit au 30 juin dernier (voir édition du 28 juillet 2005), atteint aujourd’hui 46,8%. Celle de Free, qui commercialise uniquement des abonnements ADSL, 16,6% (voir édition du 2 août 2005). Les autres fournisseurs d’accès (Neuf Télécom, Cegetel, Alice, AOL, Club Internet, Noos/UPC France?) se partagent les 36,6% restants.

Les derniers chiffres communiqués par l’Arcep, pour le deuxième trimestre, sont toutefois provisoires. Les résultats définitifs seront publiés le 15 novembre prochain, en même temps que l’Observatoire des marchés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur