La faillite de KPNQwest attise les convoitises

Mobilité
Information - news

La mise en faillite de l’opérateur KPNQwest pose évidemment la question de la survie de son réseau. Faut-il quitter ou non l’opérateur pour un autre ? Les gros clients ont d’ores et déjà fait le pas. KPNQwest assure que la majorité des clients sont restés. Pourtant les opérateurs concurrents n’hésitent pas à se mettre sur les rangs pour accueillir les nouveaux venus…

La date butoir, avant laquelle les clients de l’opérateur paneuropéen de télécommunications KPNqwest, actuellement en dépôt de bilan, doivent payer intégralement leurs factures, a finalement été repoussée de quelques heures. Ces sommes dues pourraient permettre à KPNQwest de maintenir en activité son réseau, qui coûte aujourd’hui près de 500 000 euros par jour, jusqu’à fin juin, voire fin juillet, où jusqu’à tout simplement la reprise de ses activités par des opérateurs. Faute de paiement, il y a un réel risque de fermeture du réseau. Ce sursis pourrait ainsi permettre aux 100 000 clients de s’organiser…

Car les clients de l’infortuné KPNQwest sont devant un problème qui se pose en termes simples : soit ils décident de quitter le navire avec précipitation et de s’en remettre au plus vite à autre prestataire sous peine d’assumer des coûts financiers importants, soit ils prennent le risque de rester. “Si les gros comptes sont partis, notamment ceux qui étaient des clients de solutions ATM de KPNQwest, la majorité des clients sont encore là, affirme Guy Link, directeur marketing et communication de KPNQwest.

Tous les concurrents sur les rangs

Pour autant, les concurrents de KPNQwest annoncent tous la mise en place d’une cellule spéciale afin d’accueillir ou de renseigner les clients de l’opérateur en faillite. Colt annonce ainsi avoir récupéré plusieurs gros clients. Il est même parvenu à remplacer le rôle que tenait KPNQwest auprès de sa maison mère KPN en mettant à son tour à la disposition de ce dernier son réseau. Infonet annonce quant à lui la signature d’un accord avec KPN Telecom afin de proposer des services IP VPN aux clients de l’opérateur néerlandais qui utilisaient les services de KPN Qwest.

Pas d’effet KPN Qwest chez France Télécom

Equant, un des gros clients de KPNQwest, a préféré passer par le réseau de France Télécom. Ce dernier, s’il avoue la mise en place d’une cellule spéciale, voire d’un groupe de travail pour les clients de KPNQwest, refuse de considérer cette situation comme une manne. “La faillite de KPNQwest intervient après d’autres faillites du même genre et cela ne favorise pas un climat de confiance sur l’ensemble de la profession. C’est certes une consolidation, mais elle n’a rien avoir avec le dynamisme qu’aurait pu créer un achat ou une fusion entre sociétés du secteur”, explique France Télécom. Pour le moment l’opérateur historique ne remarque pas véritablement d’effet KPNQwest. Toutefois, il précise que les effets se verront dans les prochains mois, et dénonce le côté alarmiste de certains.

Côté Worldcom, tout semble fait pour ne pas rater cette occasion de repêcher les clients aux abois. En témoigne cette appel sur le site Internet français du groupe : “Client KPN Qwest, Worldcom peut vous aider” et de poursuivre, “vous avez besoin très rapidement de solutions de réseau telles que de l’hébergement, un VPN IP, de l’accès Internet ou de tout autres services de données ou tout simplement de voix ? WorldCom peut vous aider – Nous possédons les solutions dont vous avez besoin !”. Vous avez dit racoleur ?

Morcellement du catalogue des offres

Il n’empêche que les clients, s’ils décident de rester, doivent se rendre compte que si le réseau de KPNQwest peut ne pas fermer, c’en est fini du guichet unique. KPNQwest se tourne vraisemblablement vers un démantèlement de ses offres. Aucun repreneur ne semble à ce jour avoir les moyens de prendre à sa charge l’intégralité des offres de KPNQwest. Ce qui veut dire que les clients n’auront plus de guichet unique pour l’ensemble de leurs solutions à l’exception de l’Italie ou de l’Espagne où l’opérateur maintient son activité. A priori, selon Guy Link, toutes les offres de KPNQwest risquent de trouver preneur, si bien qu’aucun service jusqu’alors proposé par KPNQwest ne devrait disparaître. Le tout est de savoir s’il y aura ou non une interruption de service avant qu’un repreneur ne se fasse connaître.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur