La famille Guillemot reprend la main sur Ubisoft

Cloud

Ca bouge dans le capital d’Ubisoft : départ d’EA, arrivée de la Société générale de financement du Québec et du fonds Harbinger…Au final, la famille Guillemot devient l’actionnaire de référence de l’éditeur de jeux vidéo (Assassin’s Creed, Prince of Persia…).

Alors qu’Electronic Arts est en train de s’éclipser du capital d’Ubisoft, l’éditeur de jeux français attire de nouveaux investisseurs comme la Société générale de financement du Québec (SGF).

Celle-ci annonce l’acquisition de 4,3 millions d’actions ordinaires d’Ubisoft Entertainment SA pour 40 millions de dollars. Du coup, la SGF détient désormais une participation d’environ 4,5 % dans l’actionnariat d’Ubisoft.

Pourquoi ce holding industriel et financier soutenu par le gouvernement du Québec s’intéresse-t-il à Ubisoft ?

Depuis 13 ans, Ubisoft, qui est à l’origine de jeux populaires comme Assassin’s Creed, Prince of Persia ou Lapins Crétins, développe ses activités dans cette province francophone du Canada en créant 2300 emplois directs et 750 autres emplois indirects auprès de ses fournisseurs.

Autant d’actions appréciées par les autorités locales en charge du dynamisme économique.

“Le studio d’Ubisoft à Montréal est un pôle d’excellence reconnu mondialement notamment pour la création de concepts de jeux des plus innovateurs et pour l’expertise convoitée de ses employés”, déclare Pierre Shedleur, Président-directeur général de la SGF, cité dans le communiqué de presse.

Et ce n’est pas fini : d’ici la fin 2013, Ubisoft prévoit la création d’un pôle de convergence des technologies du jeu et du cinéma à Montréal.

Cette apparition de la SGF dans le capital d’Ubisoft survient alors qu’Electronic Arts (EA), son concurrent américain qui avait pris une forte position (15% des parts), s’éclipse au nom d’un recentrage des priorités business.

Dans cette recomposition, la famille Guillemot devient l’actionnaire de référence avec une participation de 11,3% (Ubisoft est dirigé par Yves Guillemot).

Simultanément, le fonds d’investissement américain Harbinger Capital Partner en profiite pour acquérir 9% des parts et prend le titre de deuxième actionnaire qui compte.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur