La Fête de l’Internet sous le signe de la citoyenneté

Cloud
Information - news

A travers des démonstrations et ateliers d’initiation, la 7e Fête de l’Internet entend promouvoir la citoyenneté en ligne. De son côté, l’association Odebi appelle au boycott des festivités.

La 7e Fête de l’Internet a ouvert ses portes ce lundi 29 mars 2004 jusqu’au 4 avril. Comme les années précédentes, l’objectif de l’événement – intitulé cette année “Internet tout public, mille et un usages au service des hommes” – est de démocratiser l’accès à Internet. Rappelons qu’à peine 42 % de la population et moins de 30 % des foyers disposent d’un accès au Réseau (voir édition du 20 janvier 2004). Certes, les organisateurs de la fête ne distribueront pas gratuitement des ordinateurs et forfaits d’accès pour généraliser l’accès à la Toile mais les initiatives programmées dans toutes les régions, dans les territoires d’outre-mer ainsi que dans nombre de pays francophones offriront un large aperçu à ceux qui hésitent encore à composer avec ce média. Initiations et séances de découverte jalonneront cette semaine de festivités.

Quelques exemples d’initiatives parmi les 617 enregistrées à ce jour : l’ECM de Gravelines propose un atelier de création sous Linux ; à Lille, un cinéma fera des démonstrations de téléchargement de fichiers musicaux ; l’espace multimédia de Fontaine montrera comment tirer parti du Net pour ses recherches généalogiques ou encore comment se servir d’une webcam ; mise à disposition d’ordinateurs pour la recherche d’emploi en ligne à Mirepoix ; découverte du Wi-Fi à Puteaux ; jeux en réseau au cyber-espace de Sarlat… A Paris, le Sénat organise la seconde édition des “Défis du Net Citoyens” où 150 étudiants issus de zones d’éducation prioritaire (ZEP) aborderont Internet sous un aspect pédagogique, tandis que le CIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse) montrera comment devenir éditeur en ligne en quelques clics.

Une charte pour l’Internet

Nationales ou locales, en ligne ou non, les initiatives tourneront autour de l’idée de citoyenneté en ligne. Chaque internaute est invité à proposer des avenants à une Charte de l’Internet présentée en ligne. Inspirée de la Netiquette et de la Déclaration des droits de l’Homme, la charte finale sera officiellement présentée au prochain SMSI (Sommet mondial de la société de l’information) qui se déroulera à Tunis en juin 2005. Autre point fort, l’organisation de la Fête de l’Internet scientifique (du 29 mars au 2 avril 2004) sous l’égide du ministère de la Recherche et concrétisée par le lancement du site Sciences.gouv.fr.

La Fête de l’Internet sert aussi, bien involontairement, de relais médiatique pour les protestataires. La Ligue Odebi appelle notamment au boycott des festivités pour protester contre certains points de la loi sur la confiance dans l’économie numérique (LEN). A ce jour, Odebi a convaincu près de 1 200 sites Web de bouder la Fête. Google Bombing, envois de vieux CD au président de la République, boycott de l’industrie du disque sont quelques-uns des modes de protestation proposés par l’association pour illustrer la “fête de l’internet baîllonné “ (sic). En attendant la reprise des débats sur la LEN au Sénat, le 6 avril prochain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur