La Flip Video chez Cisco vire au flop

Cloud

Au nom d’un recentrage sur les réseaux professionnels, Cisco coupe ses activités jugées non stratégiques. Le premier couperet est tombé : la mini-caméra Flip Video pour le grand public.

Quand Cisco décide de se restructurer, c’est avec effet immédiat.

Dans le cadre du recentrage de ses activités vers le BtoB (routeurs, commutateurs, services réseaux), le groupe de John Chambers a annoncé son intention de stopper l’activité de sa business unit Flip Video qui commercialisait des mini-caméras HD destinées au grand public.

Cisco a racheté cette ligne de produits “gadgets high-tech” en procédant à l’acquisition de Pure Digital Technologies il y a deux ans (montant de la transaction à l’époque : 600 millions de dollars).

Dans le rapport financier annuel 2010, il est précisé que Cisco a engrangé un chiffre d’affaires de 317 millions de dollars avec la ventes de Flip Video dans le monde.

Les ventes avaient commencé en France à l’approche de Noël 2009.

Cet arrêt de la production de Flip Video se traduira par la suppression de 550 postes d’ici la fin du quatrième trimestre de l’exercice fiscale de Cisco (fin juillet).

Le coût de restructuration est estimé à 300 millions de dollars.

En revanche, Cisco va tenter de “sauver” la solution de conférence vidéo Umi : initialement prévue pour un usage familial, elle pourrait être intégrée dans les dispositifs dits de TelePresence destinées aux entreprises.

Cisco veut poursuivre ses efforts pour développer l’usage de la visioconférence en milieu professionnel.

“Nous effectuons des changements clés mais ciblés afin de s’aligner sur notre stratégie de plate-formes centrées sur les réseaux”, commente John Chambers,  en qualité de Président et CEO de Cisco.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur