La France abrite le troisième plus grand réseau Wi-Fi du monde

Mobilité

L’association Wireless Link, fondée par les trois opérateurs mobiles, dresse un état des lieux du marché de l’Internet sans fil.

Pour le démarrage des Wi-Fi Days destinés à faire découvrir le sans fil au grand public, Wireless Link a fait le point sur ses activités et sur l’état du marché du Wi-Fi. Créée en novembre 2003

par les trois opérateurs mobiles français, cette association a pour vocation de favoriser l’interopérabilité Wi-Fi afin de favoriser son usage. Désormais, elle comprend dix opérateurs membres (*).

Récemment, une étape importante a été franchie : désormais, les réseaux Wi-Fi d’Orange, SFR et Bouygues Télécom sont interopérables. Un client d’un opérateur mobile, quel que soit son appartenance d’origine, peut ainsi se connecter à partir de tous les points d’accès sans fil (hotspot) exploités par les opérateurs (voir édition du 28 juin 2005). Wireless Link recence désormais dix accords bipartites d’interopérabilité signés entre les opérateurs. Les deux plus récents étant celui liant SFR et Bouygues Télécom d’une part, et SFR et ADP Télécom d’autre part. Le développement du Wi-Fi est dépendant du marché de ventes d’ordinateurs portables. Tous les nouveaux équipements sont désormais compatibles Wi-Fi. Selon IDC, les ventes d’ordinateurs portables sont “exceptionnelles” avec une hausse de 40% par rapport au premier trimestre 2005. Un tiers des ordinateurs vendus en France sont des portables. La demande pour ce type de produit high-tech est restée soutenue tant sur le marché domestique que sur le marché professionnel.

Après les équipements, les points d’accès. “La France dispose du troisième réseau Wi-Fi dans le monde, derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni”, soutient Didier Quillot, président de Wireless Link et d’Orange. Ce qui représenterait un parc de 9 000 hotspots éparpillés en France (dont 8 800 rattachés aux membres de Wireless Link).

“2005 est vraiment l’année du décollage du Wi-Fi”, commente Didier Quillot qui a révélé les premières données cumulées de consommation Wi-Fi. Pour le mois de mai 2005, les communications Wi-Fi à partir des hotspots représenteraient 13 millions de minutes, soit 4,5 To de données échangées (800 millions d’e-mails sans pièces jointes). Le trafic Wi-Fi a été multiplié par six en un an. Toutefois, concernant le nombre d’utilisateurs réguliers de Wi-Fi, la réponse est plus vague. On en trouverait “quelques dizaines de milliers” en France. Quant au chiffre d’affaires réalisé à travers les offres Wi-Fi, les membres de Wireless Link ont refusé de communiquer sur une estimation globale.

Extension vers les PDA

Les projets de réflexion de Wireless Link ne manquent pas : extension géographique du réseau de hotspots, amélioration de l’accessibilité, développement de l’accès Wi-Fi avec les assistants numériques (PDA) et renforcement de la sécurité lors des sessions Wi-Fi.

Ce talon d’Achille de la technologie est souvent mis en avant malgré les efforts technologiques pour mieux verrouiller les accès. Les opérateurs citent notamment les améliorations apportées dans les normes destinées à sécuriser les connexions Wi-Fi , en délaissant le Wired Equivalent Privacy (WEP) au profit du Wi-Fi Protected Access (WAP) voire du WAP-2.

En ce qui concerne la partie application Wi-Fi destinées aux entreprises, Wireless Link prépare pour la rentrée un livre blanc consacré aux problématiques de sécurité touchant le sans-fil et à l’accès aux réseaux privés viruels (VPN).

(*) Les sept autres membres de Wireless Link sont Cegetel, Wifirst, Naxos, Sanef, ADP Télécom, Meteor Networks et Visacom.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur