Hadopi : le ministre britannique de la Culture vient chercher l’inspiration

CloudRégulations

Ed Vaizey, ministre britannique de la Culture, cherches des pistes auprès de la Hadopi. Dans son pays, il est confronté à une forte contestation de la “riposte graduée” qui sera instituée en 2012.

Le ministre britannique de la Culture, Ed Vaizey, a rencontré les membres de la Hadopi, à l’occasion d’un voyage officiel en France.

Par communiqué, la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet explique que “cette rencontre a été l’occasion d’échanger sur la réponse graduée, son déploiement et ses effets“.

En effet, le Digital Economy Act voté en 2010 au Royaume-Uni permet au gouvernement britannique d’instaurer une riposte graduée, ce qu’il pourrait effectivement faire dès 2012.

Mais l’opposition au projet est très forte outre-Manche, de la part de l’opinion publique comme de British Telecom et TalkTalk, deux opérateurs à la pointe du combat devant les tribunaux depuis plus d’un an.

Le 22 juin, la justice a cependant rejeté leurs demandes, selon le site anglais spécialiste de la législation IT Out-Law.

Sujet moins polémique, le ministre s’est renseigné “sur l’offre légale, la présentation du label Promotion des Usages Responsables, P.U.R, et la mise en place de la labellisation“.

Le communiqué ne précise pas s’il a eu l’occasion de regarder les spots publicitaires pour le label (si vous l’avez ratée, voici une de ces publicités sur YouTube).

Enfin, la Hadopi précise que “les échanges ont également porté sur les travaux en cours des Labs ainsi que les deux enquêtes barométriques intitulées ‘Hadopi, biens culturels et usages d’internet : pratiques et perceptions des internautes français“.

Il s’agit bien sûr de l’enquête affirmant que 50% des internautes déclarent avoir changé leurs habitudes, suite à la mise en place de la loi contre le téléchargement illégal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur