La Livebox de France Télécom gagne du terrain

Mobilité

Au 30 juin dernier, l’opérateur historique comptait 3,7 millions d’abonnés haut débit en France, dont 627 000 équipés de la Livebox.

France Télécom a fait le point, le 28 juillet, sur ses résultats financiers et ses activités du premier semestre. Au 30 juin dernier, sa division Internet comptait notamment 11,3 millions de clients en Europe, dont 5,4 millions de français, ce qui asseoit sa position de leader. Ce sont bien entendu ses offres haut débit qui ont remporté le plus vif succès sur la période, le groupe gagnant, d’une année sur l’autre, 1,5 million de nouveaux abonnés haut débit en France, où il dénombre désormais 3,7 millions de clients. Ses autres filiales européennes enregistrent quant à elle 2,5 millions d’abonnés haut débit, soit près de trois fois plus qu’un an plus tôt.

L’opérateur historique tire également profit de ses produits et services dérivés de l’ADSL, notamment ses offres multiple-play lancées fin juillet 2004. En effet, 627 000 foyers français, et 89 000 autres européens, étaient équipés de la Livebox au 30 juin dernier. Toutefois, parmi eux, seuls 116 000 avaient souscrit à l’offre de télévision par ADSL Malignetv.

Les offres haut débit mobile de France Télécom peine également à décoller. A la même date, ces offres enregistraient 182 000 souscripteurs en France, et 134 000 autres en Europe. Mais ceci n’a pas empêché les affaires d’Orange d’aller bon train. A la fin du semestre, la filiale mobile du groupe comptait 21,5 millions d’abonnés en France (+5% sur un an), 37,5 millions dans le reste de l’Europe (+16%) et 10,5 millions dans le reste du monde (+46%).

Au final, la téléphonie mobile représente désormais près de 42% du chiffre d’affaires de France Télécom, lequel s’est élevé à 23,7 milliards d’euros au premier semestre. La division téléphonie fixe et Internet génère quant à elle 43% des revenus du groupe, et la division entreprise, 15%.

Au terme de ses activités semestrielles, l’opérateur historique a, par ailleurs, dégagé un bénéfice net de 3,4 milliards d’euros, contre 1 milliard un an plus tôt, ce qui lui a permis de réduire sa dette à 46,3 milliards d’euros. Profitant de cette bonne santé financière, le groupe renforce aujourd’hui sa position en Europe, notamment en Espagne où il vient de mettre la main sur l’opérateur mobile Amena (voir édition du 27 juillet 2005).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur