La location d’applications gagne du terrain

Cloud

Les éditeurs et les entreprises privilégient de plus en plus la location des licences sur les licences définitives, en particulier dans le domaine de la gestion de la relation client.

La location d’applications décolle enfin. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par IDC, selon laquelle le chiffre d’affaires tiré de la location de licences logicielles connaîtra une croissance annuelle de 16,6 % d’ici à 2008 ; il sera alors de 43 milliards de dollars. A contrario, les ventes de licences définitives traditionnelles déclineront dans le même temps de 0,3 % par an. Si le modèle locatif rencontre le succès, c’est qu’il convient à la fois aux éditeurs – car il leur permet d’avoir une meilleure prédictibilité de leurs recettes – et à leurs clients, qui peuvent ainsi mieux lisser leurs dépenses. Certains éditeurs vont plus loin en proposant en outre d’héberger l’application louée, selon les principes de l’ASP (application services providing). C’est le cas du leader de la gestion de la relation client (GRC), Siebel (voir édition du 4 mai 2004). S’exprimant lors du Cebit américain, un des responsables de l’éditeur, David Schmaier, a ainsi souligné que la GRC hébergée était un marché en forte croissance, bien qu’encore limité.

Objectif : capter 50 % du marché

Selon lui, il a dégagé en 2003 un chiffre d’affaires de 500 millions de dollars contre 23 milliards pour l’ensemble du marché de la GRC. Sur ce terrain, Siebel n’est pas un précurseur. Ce domaine a été défriché avant lui par des start-up, en particulier Salesforce.com (voir édition du 26 février 2004). Par rapport à ce dernier, Siebel met en avant sa capacité à proposer aux entreprises des solutions mixtes, certains modules de l’application étant installés dans les murs de l’entreprises alors que d’autres sont hébergés chez Siebel ou un de ses partenaires. Toujours dans cette volonté de se différencier par rapport à la concurrence, l’éditeur prévoit de proposer en ligne, d’ici la fin de l’année, 8 des 23 déclinaisons verticales de son application. L’ambition de Siebel est de capter 50 % du marché de la GRC hébergée, a indiqué David Schmaier, sans toutefois préciser à quelle échéance.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur