La mainmise de l’Icann sur son comité de contrôle

Mobilité

Comme convenu, l’Icann met en place un comité composé de “pointures du Net” qui devra contrôler les agissements de l’organisme chargé de réguler le Web. Et comme prévu, l’Icann semble prendre toutes les précautions pour garder les coudées franches.

Le comité chargé de vérifier la conformité des décisions de l’Icann avec ses statuts sera élu par le comité de direction de l’Icann lui-même (voir édition du 2 juillet 2001). Ce qui ne l’empêche pas de se nommer “independent review panel” (IRP). La liste des candidats est désormais close et l’organisme chargé de la gestion des adresses Internet se penche maintenant sur les prétendants. Les internautes sont invités à adresser leurs commentaires jusqu’au 1er octobre. Le comité chargé de l’élection, dont fait partie Olivier Itéanu, avocat spécialiste des nouvelles technologies et président de l’Isoc France, espère fournir la liste définitive au comité directeur de l’Icann d’ici le 15 octobre. Pas de Français en revanche chez les nominés, parmi lesquels figurent sans surprise une majorité d’Américains. On notera la présence de Zoe Baird, membre de la DOT force mise en place par le G8 pour lutter contre la fracture numérique et qui fut candidate au ministère de la Justice de Bill Clinton en 1993, et de Stephen M. Schwebel, ancien président de la Cour internationale de Justice. A moins qu’il ne s’agisse d’homonymes, l’Icann ne le précise pas !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur