La mémoire flash dominera le marché des notebooks d’ici 2009

Mobilité

Les disques durs de mémoire Flash et disques durs hybrides équiperont bientôt
60% des notebooks vendus dans le monde.

Le cabinet d’analyse iSuppli a indiqué dans une nouvelle étude que près de 60% de tous les notebooks seront basés sur un disque dur à mémoire flash (SSD) ou sur un disque dur hybride combinant une mémoire flash et un disque traditionnel. Les 40 % restants utiliseraient quant à eux des disques durs traditionnels.

Les acheteurs de notebooks sont plus spécifiquement séduits par les disques durs hybrides. iSupply estime que d’ici fin 2009, ils représenteront 54% du segment ultra portable et 58 % des ventes de notebooks bas de gamme. Les disques durs SSD (Solid State Drive), qui utilisent exclusivement de la mémoire flash, peuvent espérer atteindre 28% et 25% de part de marché sur ces segments respectifs.

En l’absence de composants mobiles, les mémoires flash offrent une meilleure rétention des données et un meilleur rendement énergétique que les mémoires traditionnelles. Les processeurs peuvent également atteindre des vitesses de transfert supérieures.

Mais la technologie flash est également plus coûteuse. Le mois dernier, Dell a commencé à proposer des mémoires SSD en option au prix de 549 dollars. A titre de comparaison, un disque dur autonome de 60 Go coûte approximativement 55 dollars.

La combinaison des deux technologies sur des disques durs dits hybrides permet aux utilisateurs de bénéficier de certains avantages offerts par les mémoires flash en réduisant la rotation du disque. Cette option permet également de réduire les coûts de la technologie.

Les prix des mémoires flash devraient entre temps continuer à chuter. En 2003, le prix par gigaoctet d’une mémoire flash était 100 fois supérieur à celui d’un disque dur standard. D’ici 2009, l’écart de prix sera ramené à un facteur de 14 selon les estimations d’iSupply.

En début d’année, Intel a également dévoilé une gamme de disques durs SSD d’1, 2, 4 et 8 Go qu’ils complétera ultérieurement par des modèles de capacité supérieure.

Le fondeur cherche à exploiter les disques durs SSD d’Intel dans des configurations avec système d’exploitation à bas coût et des besoins de stockage minimum. Le fondeur espère que la mémoire flash sera moins chère que la technologie de disque dur sur ces segments de marché.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 4 mai 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur