La messagerie mobile séduira 20% des détenteurs d’un compte e-mail en 2010

Mobilité

Selon Gartner, il reste encore des efforts à fournir pour simplifier l’accès
au client final à l’e-mail mobile et pour favoriser l’interopérabilité.

Aujourd’hui, moins de 2% des utilisateurs de messagerie électronique consultent leur e-mails via un appareil nomade. On imagine le potentiel de développement pour les services mobiles de messagerie électronique. Gartner prédit d’ailleurs un changement radical des habitudes de consommation à moyen terme, tant du côté des marchés professionnelle que résidentielle.

Selon Monica Basso, en qualité de research vice-president au sein du cabinet d’études IT, 350 millions d’utilisateurs, professionnels ou non, accèderont à leur messagerie par voies nomades d’ici 2010 dans le monde. A cette échéance, cela représenterait environ 20% de l’ensemble des comptes de messagerie.

Cet usage du mail mobile deviendrait vraiment banal et accessible à tous d’ici 2012, notamment grâce aux efforts de simplification pour accéder à cette fonctionnalité sur son téléphone portable multimédia ou smartphone. Mais le cabinet d’études souligne aussi la nécessité de développer la standardisation de “l’e-mail sans fil” et l’interopérabilité entre éditeurs et constructeurs qui développent des services mobiles.

Selon Monica Basso, le fait qu’un grand nombre d’outils de communication mobile s’appuyant sur des technologies propriétaires nuit au développement du marché. On pourrait également rajouter la diversité (synonyme parfois de complexité) des offres tarifaires, qui peut laisser le consommateur perplexe. Il suffit de regarder le dossier spécial Internet mobile réalisé en septembre 2006 par Vnunet.fr pour le constater.

Pourquoi Gartner se montre optimiste

Aujourd’hui, moins de 2% des utilisateurs de messagerie électronique consultent leur e-mails via un appareil nomade. On imagine le potentiel de développement pour les services mobiles de messagerie électronique. Gartner prédit d’ailleurs un changement radical des habitudes de consommation à moyen terme, tant du côté des marchés professionnelle que résidentielle.

Selon Monica Basso, en qualité de research vice-president au sein du cabinet d’études IT, 350 millions d’utilisateurs, professionnels ou non, accèderont à leur messagerie par voies nomades d’ici 2010 dans le monde. A cette échéance, cela représenterait environ 20% de l’ensemble des comptes de messagerie.

Cet usage du mail mobile deviendrait vraiment banal et accessible à tous d’ici 2012, notamment grâce aux efforts de simplification pour accéder à cette fonctionnalité sur son téléphone portable multimédia ou smartphone. Mais le cabinet d’études souligne aussi la nécessité de développer la standardisation de “l’e-mail sans fil” et l’interopérabilité entre éditeurs et constructeurs qui développent des services mobiles.

Selon Monica Basso, le fait qu’un grand nombre d’outils de communication mobile s’appuyant sur des technologies propriétaires nuit au développement du marché. On pourrait également rajouter la diversité (synonyme parfois de complexité) des offres tarifaires, qui peut laisser le consommateur perplexe. Il suffit de regarder le dossier spécial Internet mobile réalisé en septembre 2006 par Vnunet.fr pour le constater.

Pourquoi Gartner se montre optimiste

Le cabinet d’études IT attend aussi beaucoup de la nouvelle génération qui va entrer sur le marché du travail et qui baignera déjà dans un univers numérique. L’intégration de la dimension “e-mail mobile” dans les entreprises sera grandement facilitée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur