La messagerie unifiée, toujours en devenir

Mobilité

La messagerie unifiée qui intègre la messagerie vocale, le télécopieur et le courrier électronique se positionne clairement comme une technologie d’avenir. Toutefois, si les acteurs de la nouvelle économie se mettent en place, les sociétés clientes sont encore peu nombreuses.

Hewlett-Packard, Cisco et Software.com doivent annoncer aujourd’hui une alliance pour développer la messagerie unifiée. Aucun détail pour l’instant n’a filtré de cette alliance qui doit être annoncée avec le début de Supercomm 2000, une conférence sur les télécommunications à Atlanta. Il n’en demeure pas moins que cette alliance montre une fois de plus l’importance de ce marché en pleine évolution. Ian Rowlands, analyste de Frost &Sullivan, estimait dans une étude sur le marché de la messagerie unifiée que cette dernière devrait se positionner comme un service courant sur les réseaux mobiles d’ici la fin 2002 et que les ventes de solutions de messageries unifiées atteindront un volume de 18,10 milliards de francs en 2006 (voir édition du 7 avril 2000).Cisco multiplie les partenariats dans la messagerie unifiée. Cisco avait déjà proposé une offre conjointe avec Sun, concernant son offre United Communications. Cette solution reposait alors sur les réseaux de Cisco et les serveurs à haute disponibilité Netra de Sun.Aujourd’hui, les entreprises sont équipées d’une messagerie électronique (e-mail), d’un système de messagerie vocale et d’un télécopieur. Des systèmes distincts qui nécessitent de consulter le courrier électronique sur l’ordinateur, les messages vocaux sur le téléphone et les télécopies sur le télécopieur. La messagerie unifiée permet d’intégrer tous ces services en un même lieu. Western Télécom vient de mettre en place lui aussi une solution de messagerie unifiée pour la France. “La messagerie unifiée est encore un peu ce qu’était le mail il y a quatre ou cinq ans. Les entreprises n’en expriment pas réellement un besoin car elles méconnaissent cette solution. Mais une fois que l’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer”, assure Eric Chapon directeur commercial de Western Télécom. Selon lui, un des avantages est de pouvoir stocker ces fax ou des appels téléphoniques, voire même de les faire suivre à des collègues. Toutefois, pour Western Télécom, avec une offre à 2 500 francs par mois pour le premier poste, la messagerie unifiée semble cibler clairement les grands comptes. Pour Marc Drieux, président d’Outrade.com, société spécialisée dans l’externalisation de la gestion des messages, les entreprises françaises sont réellement en train de réfléchir sur cette solution afin d’être prête dans 6 à 8 mois. “Ce qui peut les amener à se tourner vers la messagerie unifiée, est en quelque sorte la réalisation d’un véritable portail offrant les 3 principaux supports de communication”, précise-t-il avant d’ajouter que l'”on était encore loin d’être dans un phénomène de mode d’autant plus que regrouper dans un endroit tous les moyens de communication pouvait faire peur”.Reste que si le marché n’en est encore que dans ses balbutiements en France, on prévoit d’ores et déjà que les entreprises seront amenées à externaliser leur messageries. Selon une étude du cabinet Zona Research, 60 % des entreprises interrogées lors de cette enquête se disent prêtes à externaliser leur messagerie unifiée. Une idée qui a toute les chances de se concrétiser. D’abord parce que le secteur évolue vite et qu’il ne sera pas ainsi nécessaire de se préoccuper de la mise à jour du matériel et surtout parce que contrairement aux idées reçues, la gestion des messages revient très cher. Lucent estimait lors du salon CT expo, une rencontre spécialisée sur les centres d’appel et les messageries unifiées, en mars 2000, que le coût d’une boîte de messagerie unifiée revenait environ à 70 dollars par mois. Pour en savoir plus : * Outrade* Western Telecom


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur