La pépinière LeVillageByCA dévoile ses start-up prometteuses

EntrepriseStart-up
Le-Village-by-CA

Quelques start-up incubées au sein de la pépinière parisienne LeVillageByCA ont levé le voile sur leurs innovations et le perspectives de développement au cours de ces prochains mois.

Lancée fin 2014, la pépinière pour start-up LeVillageByCA initiée par le Crédit Agricole, accueille une soixante de start-up dans ses locaux parisiens, rue de la Boétie, dans le VIIIème arrondissement.

Certaines de ces jeunes pousses ont seulement quelques mois, voire quelques semaines d’existence. Parmi elle, le service en ligne de livraison urbaine par coursier indépendants Deliver.ee.

Lancée en 2013 par Romain Libeau et Sébastien Poudat, la plate-forme propose la livraison de colis dans la journée par coursiers à partir de 5,50 euros HT. Une prestation qui se destine aux e-commerçants, aux  magasins, aux professionnels comme aux particuliers.

« Dans le secteur du BtoBtoC, nous avons par exemple pour prestataire la Fnac. Il est possible de commander sur leur site un produit high-tech par exemple, qui sera ensuite livré chez un particulier à Paris sous trois heures », souligne Anna Jannic, Business Developer chez Deliver.ee.

Afin de toucher davantage de particuliers et d’enrichir sa base de clients, la start-up a développé, pour davantage se faire connaître une offre de livraison de croissants le croissants à domicile le dimanche matin, via un réseau de coursiers auto-entrepreneurs. En 4 semaines de fonctionnement, ce service recense 200 membres.

Après une levée de fonds de 500 000 euros bouclée en octobre dernier, Deliver.ee prévoit de finaliser un autre tour de table en septembre prochain.

« Nous voulons constituer ces prochains mois un réseau de livraison urbaine sur d’autres types de produits, et mettre au point une application mobile dédiée », explique Anna Jannic.

« Nous souhaitons également déployer prochainement notre service dans les 10 plus grandes villes françaises, mais aussi en Europe dans le courant de l’année 2016 ».

Le réseau social MommyVille.fr, qui connecte les futures et jeunes mère, en est à ses balbutiements.

Fondé par Carole Juge, ancienne professeur de littérature américaine, ce service Web, gratuit et surtout privé et sécurisé, permet de mettre en contact des mères selon des critères qui leurs sont propres, et ainsi de créer un réseau social local, à leur image, grâce à des outils de géolocalisation, leur permettant de facilement accéder à des informations et prestations locales consacrées à la grossesse et  la petite enfance.

Gratuite pour les utilisatrices, MommyVille.fr, lancé il y a trois mois veut « créer du lien social entre mamans et favoriser les rencontres », explique Carole Juge. « La plate-forme veut rester sur une dynamique bienveillante  et être un accélérateur de rencontres entre jeunes mamans ».

La plate-forme, après une phase de test, commence ses opérations marketing, via notamment Facebook et Twitter. La publicité via des partenariats avec des marques et des commerçants locaux est aussi à l’ordre du jour.

MommyVille espère fédérer une communauté de 30 000 membres à la fin 2015 et envisage de s’implanter hors de nos frontière, en touchant notamment les communautés d’expatriés français en Europe.

La plate-forme a déjà initiée une première levée de fonds récemment, avec le concours d’un business angel VP chez HSBC USA. Un prêt a également été accordé par BNP Paribas et BPIfrance. Carole Juge est aujourd’hui en contact avec d’autres investisseurs américains.

S’adressant également aux femmes, Pourmoi.fr est une place de marché consacré aux services liés à la beauté et au bien-être.

Fondée par Céline Petit et lancée en novembre 2014, cette marketplace offre aux utilisatrices de déposer un souhait beauté avec un budget maximum. Elle reçoit alors les offres et devis de 3 prestataires affiliés à la plate-forme.

Une fois le prestataire sélectionné selon le coût, les photos de l’institut et les avis de la communauté PourMoi, la réservation s’effectue en ligne. PourMoi.fr prélève une commission de l’ordre d’environ 20% sur chaque réservation effectuée.

« Chaque prestataire est libre d’appliquer les tarifs et réductions qu’ils souhaitent selon le budget proposé, à la différence de ce que fait Groupon », explique Céline Petit. «  Il s’agit de valoriser les prestations de nos partenaires physiques ».

L’objectif de la start-up est d’élargir son panel clients et son réseau de prestataires. Une levée de fonds est envisagée pour le quatrième trimestre 2015, qui lui permettront d’optimiser ses opérations de marketing digital, d’accentuer son effort commercial et d’améliorer la plate-forme grâce à l’ajout de nouvelles fonctionnalités.

Toujours sur le créneau des innovations en matière de services numériques, LeBonColocataire.com  lancé en juin 2014, propose, comme son nom l’indique, de trouver le colocataire idéal… en se basant sur un test de personnalité conçu avec des psychologues.

La jeune pousse a ainsi mis au point un algorithme permettant de déterminer le profil de personnalité d’un internaute via les réponses à une vingtaine de questions-types.

Le profil de personnalité permet ainsi de déterminer un niveau de compatibilité entre différents potentiels colocataires. La start-up se charge également de la mise en relation et donner aussi  des conseils de « mieux vivre ».

Affichant plus de 21 000 membres, LeBonColocataire.fr a dévoilé ses projets pour ces prochains mois. « Nous souhaitons passer à l’étape de la monétisation en juin, avec l’ajout d’options premium (dossier administratif sécurisé, mise en avant de profils, gestion proactive des colocataires », souligne Marcien Amouguin, co-fondateur de la plate-forme Web.

« Nous comptons également optimiser le développement et le partenariat avec des agences immobilières, concernant notamment l’automatisation de la publication des annonces. Nous sommes également en négociations pour amorcer une levée de fonds fin mai avec des business angels ».

MeetMyJob fait, elle, le pari des loisirs originaux, en proposant aux internautes de découvrir, sur un créneau de quelques heures,  des métiers liés à l’artisanat, à l’agriculture ou à l’art, partout en France.

Fondé en décembre 2013 par Hélène Quaniaux, la plate-forme fédère un réseau de partenaires (agriculteurs, artisans) se proposant de faire découvrir leur activité. Le choix de la date et la réservation s’effectuent en ligne.

« MeetMyJob a pour vocation de faire découvrir des métiers parfois oubliés ou mal considérés mai qui nécessitent un vrai savoir-faire, grâce à des partenaires qui souhaitent faire partager leur passion », relève Hélène Quaniaux. « Les internautes qui réservent ce type d’activités mettent la main à la pâte et font des rencontres originales et enrichissantes ».

Sur chaque réservation, MeetMyJob perçoit une commission comprise entre 20% et 30% du total. Une partie revient également au prestataire.

L’année 2015 permettra au service Web de diversifier les activités proposées et de conforter, au cours des trois prochaines années, le maillage des activités sur l’ensemble du territoire français.

Une expansion européenne est également envisagée. Des projets qui devraient se concrétiser grâce à une prochaine levée de fonds, certainement bouclée à la fin du printemps.

 

Crédit photo : LeVillageByCA

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur