La police retrouve la trace du hacker des préfectures en Algérie

Cloud

Depuis l’été dernier, les sites Internet d’une trentaine de préfectures et administrations françaises ont été piratés par un mystérieux SaMo_dz localisé de l’autre côté de la Méditerranée.

Après six mois d’enquête, la police judiciaire de Reims (Marne) a fini par identifier le hacker à l’origine du piratage d’un peu moins de trente sites officiels français. Mais il n’est toujours pas appréhendé.

Surnommé SaMo_dz, le pirate avait apparemment compromis un serveur du ministère de l’Intérieur dans le courant de l’été 2011, mettant hors ligne plus d’une dizaine de sites de préfectures.

Il avait ensuite récidivé en novembre contre quatorze sites du gouvernement, en particulier celui des archives de Matignon et celui du porte-parole du gouvernement.

Selon une source proche de l’affaire citée par Le Parisien, “il s’agit d’un spécialiste de l’outil informatique qui trouve des failles dans les accès aux bases de données renfermant les codes utilisateurs des administrateurs des sites Internet des préfectures.”

Une fois en possession de ces codes, il prend le contrôle des portails des préfectures avant de les défacer,” explique-t-elle.

Pour la police, cet individu, indubitablement un des meilleurs hackers de France, serait localisé …en Algérie.

Il serait domicilié dans le quartier de Bab-el-Oued à Alger. Ses motivations ne sont pas connues, à part le fait de déjouer les différents niveaux de sécurité de ces sites.”

“Il est surtout en train de se tailler une réputation flatteuse à travers la communauté des hackers… “, explique la source du quotidien.

Au cours de ses multiples incursions dans les systèmes informatiques officiels, à travers des IP-relais en Europe, il a laissé sa signature SaMo_dz et le message “Où est passée la sécurité ?” sur les sites tombés sous sa coupe.

Plusieurs d’entre eux sont toujours hors ligne aujourd’hui… Espérons qu’à leur retour, ils seront mieux sécurisés.

Logo : © Yuri Arcurs – Fotolia.com, © Aelita – Fotolia.com, © Alexis – Net Media Europe


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur