La portabilité joue un mauvais tour à Free Mobile

Marketing

Enquête : l’afflux des demandes de portabilité confirme le succès de Free Mobile. Mais la plate-forme centrale du GIE EPG ne supporte plus la charge. Free Mobile est obligé de “se brider”.

La mise en orbite de la fusée Free Mobile se complique.

Le décollage vient à peine d’avoir lieu que le nouvel opérateur commence à rencontrer des difficultés pour gérer l’afflux des demandes d’abonnement.

C’est une situation que l’on pourrait considérer comme agréable mais les systèmes d’information ne suivent pas.

En particulier celui de la plate-forme centrale du GIE EPG (acronyme pour Groupement d’intérêt économique Entité de gestion de la portabilité).

Objectif de ce groupement fédérant 49 opérateurs de téléphonie mobile (dont Free Mobile est adhérent) : mutualiser les moyens pour mettre en œuvre un système informatique central de gestion de la portabilité.

Depuis mai 2007, le nouveau système du GIE EGP est opérationnel. C’est la SSII Steria qui a été mise à contribution pour développer cette plate-forme centrale qui permet l’interconnexion avec tous les systèmes d’information des opérateurs.

Pour l’année 2011, plus de trois millions de portages ont été réalisés. Ce volume pourrait exploser avec le nouvel entrant de la téléphonie mobile qui débarque avec son offre attractive.

Car, depuis le lancement remarqué de Free Mobile, le GIE EGP est confronté à un pic d’activité.

“Nous sommes passés d’une fourchette de 10 000 à 15 000 demandes de portabilité par jour à une fourchette de 35 000 à 40 000 demandes par jour”, commente Nicolas Houéry, Directeur opérationnel du GIE EGP, contacté par ITespresso.

La plate-forme de portabilité atteint sa capacité maximum de traitement.

“Free Mobile se bride en l’état actuel pour ne pas faire exploser notre système,” déclare notre interlocuteur du GIE EGP. “On cherche des solutions en urgence pour augmenter la capacité globale de tout cela car Free Mobile n’avait pas anticipé semble-t-il.”

L’afflux est exceptionnel, constate Nicolas Houéry.

“Avec Free Mobile, nous avons commencé à parler volume et capacité à partir de mardi dernier [jour de lancement des offres, ndlr]. Au sein du GIE EGP, on avait tablé sur une augmentation de 40% en moyenne par jour. Mais, là, la demande de portabilité est multipliée par dix.”

(Lire la fin de l’enquête page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur