La première webcam filtre son dernier café

Cloud
Information - news

Le site qui diffuse les images de la première webcam, braquée sur une cafetière, va fermer ses portes. L’équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge où se trouve la célèbre cafetière déménage ses locaux. Une légende du Web a vécu.

Université de Cambridge, en 1991. Fatigué d’emprunter les étages du Computer Science Department pour, au bout du compte, tomber sur une cafetière vide ? la seule des sept étages du bâtiment, selon la légende ?, le chercheur Quentin Stafford-Fraser a l’ingénieuse idée de brancher une caméra vidéo sur le réseau informatique local. Paul Jardetzky, aujourd’hui développeur chez Sun, écrit le programme “serveur” et Quentin Stafford-Fraser développe le lecteur “client”. La vidéo, qui retransmet à l’époque trois images monochromes par minute, permet aux chercheurs de vérifier le niveau de la cafetière leur évitant ainsi de se déplacer inutilement. En 1993, Daniel Gordon et Martyn Johnson adaptent le système pour le connecter au Web. La caméra vidéo de la cafetière entre dans la légende en devenant la première webcam du Net.

Un outil pratique… mais qui n’améliorait pas le goût du café !

Après 8 ans de bons et loyaux services qui ont attiré des millions de curieux en ligne, le site doit prochainement fermer ses portes et la webcam va prendre une retraite méritée. Simplement parce que le département scientifique va déménager dans de nouveaux locaux. On ignore si la webcam sera rebranchée pour filmer un banal distributeur automatique de boissons mais même s’ils remettent une caméra en face d’une cafetière, rien ne sera plus jamais comme avant. D’ailleurs, la cafetière originale avait déjà rendu l’âme. Et c’est un appareil plus moderne qui avait hérité du rôle. En plus, selon Quentin Stafford-Fraser, la webcam n’a jamais permis d’améliorer le goût du café.

Pour en savoir plus :L’histoire racontée par Quentin Stafford-Fraser (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur