La RATP met le réseau mobile d’Orange sur les rails

4GCloudMobilité
ratp-orange-3g-4g

Après SFR en juillet 2012 et Bouygues Telecom en novembre de la même année, c’est au tour d’Orange d’annoncer un accord avec la RATP pour déployer le (très) haut débit mobile dans le métro et le RER parisiens.

Voici plus d’un an, SFR ouvrait son réseau 3G ‘Dual Carrier’ (42 Mbit/s) dans les stations Châtelet et Gare de Lyon du RER A parisien.

Suivie à quelques semaines d’intervalle par Bouygues Telecom, l’initiative visait à délivrer, d’ici la fin 2014, un accès mobile pour 75% des voyageurs transitant par les souterrains de la Capitale. Si le calendrier a été révisé depuis lors avec environ un an de retard sur la feuille de route initiale, l’appel aux opérateurs se poursuit dans le cadre de la mutualisation de l’infrastructure déployée par l’intégrateur de réseaux télécoms Sogetrel.

La RATP enregistre aujourd’hui la signature d’un troisième accord d’exploitation, avec Orange, dont les clients ‘disposant du matériel et du forfait adaptés’ bénéficieront, d’ici quelques jours, de la 3G/4G dans les souterrains de la Capitale. Dans un premier temps, la connectivité sera assurée sur l’ensemble de la ligne 1 du métropolitain, ainsi que la plupart des voies empruntées, intra-muros, par les RER A et B.

Les clients de la marque Sosh et des opérateurs mobiles de réseau virtuel (MVNO) qui exploitent le réseau Orange seront aussi éligibles, avec des conditions d’accès variables, comme le note PCInpact. Il faudra une année de plus pour assurer couvrir 75% du réseau de transport, soit 170 stations. L’opérateur historique compte atteindre le seuil des 100% à l’horizon 2016, avec 65 gares RER et 300 points d’interconnexion du métropolitain : parvis, quais, tunnels, trains et autres plates-formes d’échanges.

Le chantier entrepris est important : il vise notamment à rénover près de la moitié des 2500 antennes du réseau souterrain pour les rendre compatibles 3G/4G. Il s’agira aussi de mettre en oeuvre une infrastructure qui puisse, à terme, accueillir les quatre opérateurs nationaux (les trois sus-évoqués… et Free Mobile) sur l’ensemble des fréquences qu’ils exploitent : 1800 MHz pour la 2G ; 900 et 2100 MHz pour la 3G ; 800 et 2600 MHz pour la 4G.

En parallèle, le déploiement du Wi-Fi sera pris en main par Gowex. Cette entreprise d’origine espagnole s’appuiera sur le réseau de Naxos, filiale de la RATP. Les utilisateurs qui auront renseigné au préalable quelques informations personnelles comme l’âge et le numéro de téléphone bénéficieront d’une connexion sans fil à 512 Kbit/s (1 Mbit/s sur Paris), moyennant l’affichage de quelques bandeaux publicitaires, à moins qu’ils ne préfèrent payer pour un accès premium, selon ce que le FAI propose parmi les services supportés par Gowex.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien Orange ?

Crédit photo : andrea michele piacquadio – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur