La Redoute : qui va accélérer l’adaptation du leader de la VPC à l’ère numérique ?

Marketing
la-redoute-cession-kering-reprise

Le groupe Kering qui cède La Redoute a reçu de multiples dossiers pour reprendre le groupe vépéciste, qui réalise 85% de son CA via Internet. Il devrait trancher sur le sujet dans la journée.

Qui sera finalement le repreneur de La Redoute ? Le suspense s’achèvera probablement mercredi matin à Paris avec la tenue d’un conseil d’administration du groupe Kering (ex-PPR) qui a l’intention de céder le groupe vépéciste. Dans l’après-midi, c’est un comité central d’entreprise extraordinaire qui devrait se tenir au siège du groupe à Roubaix (Nord).

Selon la presse économique, plusieurs dossiers de reprises sont étudiés : la foncière Altarea Cogedim (propriétaire de RueDuCommerce), les fonds d’investissement américains Gores et HIG, “un entrepreneur nordiste du textile et de la distribution” dont le nom n’a pas été révélé, et une partie du management de la Redoute sous la houlette de sa directrice générale Nathalie Balla. Début octobre, Challenges citait également le nom du fonds britannique Opcapita (qui détient l’enseigne Comet outre-Manche) comme candidat à la reprise.

Un dossier suivi avec attention par les élus locaux du Nord, en particulier Martine Aubry, Présidente de l’agglomération lilloise, qui craint une crise sociale susceptible d’entacher la campagne pour les élections municipales. Le retrait du groupe Kering pourrait aboutir à une réorganisation de La Redoute aboutissant à 700 suppressions de postes (sur un efectif global de 3300). Le groupe de François-Henri Pinault, qui poursuit son recentrage sur l’univers du luxe, pourrait néanmoins accompagner la transition en signant un chèque qui pourrait aller de 300 à 600 millions d’euros libellé au nom du repreneur, selon Les Echos.

Car le vépéciste doit poursuivre sa mutation dans le numérique (rénovation du système d’information et de la logistique). En 2012, La Redoute affichait un chiffre d’affaires de 1,1 milliard d’euros (dont 60% réalisé en France) et une perte nette de 50 millions d’euros. Leader historique de la VPC (la création de la société remonte à 1837), le groupe réalise désormais 85 % de son chiffre d’affaires sur Internet (et même 11 % depuis les smartphones).

——————

Quiz : Casino, paris, poker : connaissez-vous l’univers des jeux d’argent sur internet en France ?

—————

(Illustration article : page Facebook de la Redoute)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur