La Redoute : une restructuration raide pour briller à nouveau sur le Net

Marketing
la-redoute-restructuration

La nouvelle direction de La Redoute annonce un plan de restructuration sur 4 ans qui aboutira à la suppression de 1300 postes. Des investissement seront aussi réalisés pour moderniser l’outil de production.

C’est ce qui s’appelle une douche froide. Hier (9 janvier), la nouvelle direction de La Redoute ont annoncé en comité d’entreprise extraordinaire le plan de restructuration qui va concerner le groupe vépéciste sur une période de quatre ans.

Nathalie Balla et Eric Courteille (en fait les deux principaux managers de l’ère Kering-PPR qui ont pris le relais pour sauver l’entreprise acquise à l’euro symbolique début décembre) sont allés droit au but : 1178 suppressions de postes à La Redoute sur un effectif total de 3437 salariés et 172 postes sur 569 du côté de Relais Colis (filiale livraison à domicile).

Le plan social est plus dense que prévue. Fin 2013, on évoquait “seulement” 700 postes menacés.

C’est dur à avaler pour les partenaires sociaux : au final , un tiers des effectifs globaux et la moitié des effectifs français sont concernés, selon un décompte des Echos.

“Ces mesures sont nécessaires pour accompagner la transformation de La Redoute et assurer la pérennité de l’entreprise et le retour à l’équilibre que nous visons à l’horizon 2017”, commente Nathalie Balla, P-DG du groupe.

La restructuration a été amplifiée depuis les déclarations remontant au 6 décembre. A cette époque, sur France 3 Nord Pas de Calais, la nouvelle direction indiquaient que les départs contraints seraient limités “au maximum” (…)”en tout cas inférieurs à ceux du plan social de 2008″ (672 départs à l’époque).

Certes, des dispositions de départs en pré-retraite et d’accompagnements aux départs volontaires sont prévues mais le coup est dur pour les partenaires sociaux.

Comment remonter la pente ? La Redoute veut monter un plan industriel visant à moderniser l’outil logistique ouvert aux partenaires de sa marketplace (investissement de 50 millions d’euros).

De plus, un investissement de 30 millions d’euros est prévu pour moderniser le système d’information du groupe et améliorer la puissance web marketing.

Nathalie Balla compte faire de La Redoute “une marque incontournable sur le Net en termes de mode”.

Tout en se désengageant du groupe vépéciste, Kering compte financer la transformation de l’entreprise via une recapitalisation estimée à 315 millions d’euros.

Pour clore le dossier La Redoute “en douceur”.

Quiz : Connaissez-vous les grands groupes du Web en France ?

(Credit photo : Shutterstock.com –  Copyright: Monkey Business Images )

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur