La RIAA ne poursuivra pas les ‘petits’ pirates

Mobilité

Seuls les internautes qui distribuent un nombre important de fichiers musicaux soumis au copyright seront inquiétés par l’association de défense des intérêts de l’industrie musicale américaine.

“La RIAA n’a pas l’intention de s’attaquer aux ‘petits’ utilisateurs. La RIAA collecte des preuves et prépare ses procès seulement contre les individus qui distribuent illégalement un nombre important de fichiers musicaux protégés par le copyright.” Telle serait, selon le Washington Post, la réponse faite par Cary Sherman, le président de la Recording Industry Association of America, au sénateur du Minnesota Norm Coleman qui lui demandait des précisions sur son offensive contre les utilisateurs des réseaux peer-to-peer (P2P) d’échanges de fichiers. L’association représentant l’industrie américaine du disque n’avait pas hésité à annoncer des poursuites judiciaires à l’encontre de plusieurs centaines d’internautes qui diffusent, via Internet, des fichiers MP3 (voir édition du 26 juin 2003).

Que les “petits” utilisateurs de Kazaa, Grokster et autre Morpheus ne se réjouissent pas trop vite puisque le président de la RIAA n’a pas précisé le nombre de fichiers MP3 à partir duquel un internaute est considéré comme un pirate. Quelques dizaines, centaines ou milliers ? D’autant que le représentant de l’association a précisé qu’il ne tolérait pas le “petit” piratage. La RIAA “ne ferme les yeux sur aucune activité de copie illégale et ne veut laisser personne penser qu’une activité illégale, même minime, est acceptable”, a ajouté Cary Sherman. A ce jour, aucune poursuite promise par la RIAA n’a cependant été engagée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur