La Russie élabore son propre moteur de recherche

CensureCloudRégulations

La Fédération de Russie veut disposer de son propre moteur de recherche. Un projet d’ordre politique afin de contrôler l’information…

La Fédération de Russie entend créer son propre moteur de recherche.

Selon les informations publiées par le journal russe La Gazeta et reprises par Le Monde, cet outil de recherche d’état serait déjà à un stade bien avancé.

Une version alpha devrait être testée dès cette année.

Le ministère russe des Télécommunications russe a démenti l’information. Pourtant, le quotidien a l’air bien informé.

Le budget global consacré à ce projet serait de 110 millions de dollars et au financement étatique serait associé des partenaires du secteur privé. Mais on n’en saura pas plus.

Outre la partie logicielle, La Gazeta laisse entendre qu’au moins 10 000 serveurs pour une capacité totale de 30 Téraoctets pourraient servir d’architecture technique de base.

Pas de quoi inquiéter Google et son parc qui dépasserait le million de serveurs répartis dans sa trentaine de data centers à travers la planète.

Yandex, le Google Russe

Le projet du Kremlin a de quoi étonner les observateurs.

Et pour cause, l’État russe est déjà dans le capital de Yandex, le numéro un de la recherche en ligne dans le pays.

Moscou détient un droit de regard (voire de véto) en cas de mise en vente d’un quart du capital de l’entreprise.

Certains observateurs y voit une mainmise de l’État russe, qui a mis un terme à la publication d’un classement des blogs les plus populaires dans le pays parmi lesquels se trouvaient des blogs d’opposants au pouvoir politique en place.

Mais pour quelles raisons la Russie voudrait lancer son propre moteur de recherche étatique ?

Selon une source parlementaire russe, ce projet entrerait dans une volonté de contrôler l’information en ligne sous la houlette du du ministère des Télécommunications.

Sur fond de relations conflictuelles entre la Géorgie et la Russie, l’objectif serait de contrer l’influence des articles présumés pro-Géorgie aisément accessibles par les moteurs de recherche internationaux comme Google ou Bing.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur