La stratégie processeur d’Apple au point mort ?

Mobilité

Même si tous les espoirs sont permis, la présentation du PowerPC 970 d’IBM ne constitue pas encore une bonne nouvelle. Apple n’a en effet rien annoncé le concernant, pas même sa stratégie future en termes de processeurs. Les orientations de la firme restent floues. Etat des lieux.

Depuis qu’IBM a annoncé la disponibilité en volume d’un nouveau processeur PowerPC d’ici au troisième trimestre 2003, la communauté Mac ne se tient plus ! Trop tard, disent les plus pessimistes, en considérant les scores pitoyables des derniers Mac ; excellent, applaudissent les optimistes. Ces derniers voient dans le nouveau processeur un vrai sauveur, capable de faire oublier le fiasco du G4 Motorola. Car le problème est bien là : le G4, au fil du temps, s’est avéré une erreur stratégique. Jamais il n’a tenu ses promesses, jamais les objectifs de vitesses affichés lors de son lancement ne furent atteints ! Du coup, depuis sa présentation en 1999 (voir édition du 21 septembre 1999), le G4 semble avoir littéralement freiné l’évolution des ordinateurs estampillés de la Pomme. Bloqué à 500 MHz pendant dix-huit longs mois, le processeur n’a jamais rattrapé son retard sur les puces pour PC, qui proposent désormais des unités centrales tournant à plus de 3 GHz. Jusque-là, Apple s’en était tiré en faisant remarquer que ses processeurs Risc, à fréquences égales, étaient deux fois plus rapides que la famille des x86. Un avantage technique qui lui a permis de ne pas perdre pied jusque début 2002. Mais, en cette fin d’année, le G4 plafonne à 1,25 GHz, on ne prédit pas plus de 1,3 GHz pour janvier et l’argument est éventé ! Le différentiel avec la plate-forme Wintel devient une véritable source d’inquiétude, surtout lorsqu’on voit que les PowerMac biprocesseurs ne cessent de se faire dépasser par les derniers PC. De quoi provoquer une véritable hémorragie de clients professionnels si la firme ne redresse pas la barre au plus vite.

Il faut dire que le futur de la technologie PowerPC est loin d’être clair : le nouveau processeur d’IBM terminera -t-il dans les prochains Mac ? Tout le laisse croire (voir édition du 24 octobre 2002), mais rien n’est moins certain. Pas sûr non plus qu’il s’appellera G5, comme on l’attendait, car il s’agit d’un G4 façon IBM, dérivé du Power4, une puce destinée aux gros ordinateurs ! Pourtant, il en est pour annoncer l’arrivée du 970, puisque tel est son nom actuel, comme imminente, et en lieu et place du G5 espéré. Selon MacOSrumors, le projet de G5 initial, prêt au début de 2002, a été annulé sans qu’aucune information crédible explique réellement les raisons d’une telle volte-face. Il se dit que Motorola, incapable de tenir ses engagements (voir édition du 27 août 2001), aurait décidé de recentrer sa stratégie processeurs sur quelques segments de marché dont l’ordinateur individuel est exclu. En coulisse, on parle aussi d’un plan de rechange amorcé par Apple dès 2000 et déjà centré sur le nouveau processeur IBM (voir édition du 23 octobre 2001). Vrai ou faux, en l’absence de communication du principal intéressé, les observateurs s’interrogent. En tout cas, IBM a nettement indiqué qu’il entendait réaliser dans son usine de East Fishkill des puces sur mesure à destination de sa clientèle. Big Blue développerait même une version dite “980” de son prochain et surpuissant Power5 qui, elle aussi, semble parfaitement adaptée aux besoins d’Apple. Et on parle déjà d’un modèle 990 prévu pour 2006. Alors, l’avenir du Mac entre les mains d’IBM ? Souhaitons-le, car Motorola déçoit et semble sur le point de jeter l’éponge.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur