La ville de Bergen opte pour Linux

Cloud

Les municipalités européennes sont en pointe dans l’adoption des logiciels libres. Après Munich, la ville norvégienne de Bergen choisit également cette option.

Après Munich (voir édition du jour), c’est au tour de la ville norvégienne de Bergen de décider d’une importante migration vers Linux. Ce projet ne concerne pour le moment pas des postes de travail mais seulement des serveurs, actuellement sous Windows et sous Unix. Officiellement, le choix de Linux a été fait pour des raisons économiques (le coût des licences et du support technique serait deux fois moins élevé qu’avec Windows), d’indépendance vis-à-vis des fournisseurs et enfin dans le but de ne pas avoir à maintenir plusieurs systèmes d’exploitation. Les responsables informatiques de Bergen ont choisi la distribution Linux Suse de Novell. Elle a été jugée supérieure techniquement à celle de Red Hat, notamment sur le plan du support des architectures 64 bits.

Les Etats-Unis s’y mettent aussi…

La migration comprend deux volets : elle consiste d’une part à remplacer 100 serveurs sous Windows disséminés dans les établissements scolaires et universitaires de Bergen par 20 serveurs lames d’IBM qui seront regroupés en deux endroits ; d’autre part, Bergen remplacera entre 20 et 30 serveurs Unix de diverses marques par six serveurs biprocesseurs Itanium de HP. La ville de Bergen gère par ailleurs un parc de PC sous Windows 2000 utilisés par 32 000 étudiants. Elle n’exclut pas à l’avenir de migrer ce parc vers des alternatives libres et a d’ores et déjà mené des expérimentations en ce sens, qui se sont révélées concluantes. Rappelons que la ville de Paris étudie également le passage au logiciel libre (voir édition du 11 février 2004). Ce mouvement ne concerne pas seulement des municipalités européennes mais également des villes américaines comme Austin au Texas. De même, l’Etat du Massachusetts a récemment adopté une politique visant à favoriser les standards ouverts et les logiciels libres (voir édition du 1er octobre 2003).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur