La visioconférence se fait une place sur les téléviseurs connectés

4GCloudMobilité

De l’avis d’In-Stat, l’émergence des plates-formes mobiles et des terminaux connectés tels que les Smart TV contribueront à l’essor de la visioconférence sur les quatre années à venir.

Des 380 millions d’usagers des services de vidéoconférence escomptés à l’horizon 2015, quelque 16 millions s’adonneraient à l’exercice sur un téléviseur connecté, soit près de quinze fois plus qu’à l’heure actuelle.

La dernière étude menée en ce sens émane de l’institut In-Stat. Quoique sujettes à une éventuelle remise en cause sur le long terme, les conclusions qui en ressortent laissent supposer d’une prééminence du phénomène en Asie.

Le nombre de ses adeptes estimés fin 2010 à 63 millions d’individus, la visioconférence peine à s’imposer dans les foyers et ne séduit guère plus les entreprises, tout particulièrement sur le sol français.

Pour autant, le concept, à l’appui d’une démocratisation des terminaux mobiles et de l’émergence concomitante des Smart TV, décolle au petit trot, ses champs d’action portés au-delà du simple ordinateur de bureau.

Cette généralisation relève toutefois d’autres aspects que la simple diversification du matériel à disposition. Ainsi, les services liés s’affichent encore en retrait à l’heure actuelle.

Cisco lui-même s’est confronté à des enjeux que le commun des éditeurs semble peiner à cerner.

Le seul Skype, implémenté dans certains téléviseurs connectés, s’impose comme l’ambassadeur d’une colonisation des foyers qui passera vraisemblablement par une intégration au sein de l’écosystème social. Facebook et son Open Graph sont appelés à la barre.

En parallèle, l’arrivée du très haut débit via la fibre optique et les réseaux mobiles 4G (épineuse question que les opérateurs français ont remise à 2013) laisse entrevoir de meilleurs jours pour la visio.

Et In-Stat de conclure son rapport sur une projection très optimiste : d’ici 2015, l’exercice de la visioconférence tutoierait les 550 milliards de minutes cumulées à l’échelle mondiale, contre 141 millions en 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur