La visiophonie, un frein à la communication

Mobilité

Selon une étude menée par un chercheur de l’Open University en Angleterre, la qualité de la communication entre deux interlocuteurs change selon qu’ils se voient ou non. Des résultats qui expliquent en partie l’usage restreint de la visiophonie.

La visiophonie entraverait-elle la communication plus qu’elle ne l’encouragerait ? C’est en tout cas ce qui ressort d’une expérience menée par Adam Joinson de l’Open University, une université disséminée sur tout le territoire britannique, qui a demandé à 83 paires d’étudiants, qui ne se connaissaient pas entre eux, de communiquer pour résoudre un dilemme comme : “Après un holocauste nucléaire, quelles devraient être les cinq personnes à sauver ?” Expérience rapportée par The New Scientist. Le chercheur a ainsi estimé que les sujets se révélaient l’un à l’autre quatre fois plus lorsqu’ils s’échangeaient des propos de façon invisible (par e-mail notamment) que lorsqu’ils communiquaient de visu (par vidéophone). Mêmes résultats avec des webcams branchées aux ordinateurs et permettant de voir qui écrivait, ou qui parlait, à qui. Des expériences similaires avaient déjà montré que des patients se livraient plus facilement à des programmes médicaux sur ordinateur qu’à de vrais médecins.

Les webcams, entraves à l’échange social ?

Adam Joinson explique ces résultats par le fait que la communication non visuelle oblige à faire des efforts personnels pour exprimer ses pensées et facilite d’autant la révélation de soi alors que les personnes qui communiquent face à face sont moins concentrées sur leurs sentiments et leurs pensées. Ce qui permet au chercheur de conclure que plus l’usage des webcams se généralisera et moins grande sera la qualité de communication sociale.

Plus que les difficultés techniques, la déconcentration partielle provoquée par la vue de son interlocuteur explique peut-être le manque d’intérêt pour ce type de communication, tant de la part des professionnels que du grand public, en dehors des usages professionnels ciblés. Il est vrai que, rien qu’en France, voilà plus de dix ans qu’on nous parle de visiophonie, plus récemment à travers les téléphones portables et PDA couplés à l’UMTS. Et que voit-on venir ? Rien !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur