La ‘vraie’ révolution numérique selon Bill Gates

Mobilité

Comme chaque année, Bill Gates donne son avis sur l’avenir de l’industrie informatique. Malgré les tragiques événements qui ont frappé les Etats-Unis début septembre, le cofondateur de Microsoft se veut résolument optimiste. Un optimisme qui passe par la révolution numérique que va connaître –  selon Bill Gates – la première décennie du XXIe siècle.

“Si l’enthousiasme pour la révolution numérique s’est éclipsé face aux récents événements, sa signification ne l’est pas. Le phénomène qui a installé la technologie numérique au sein du lieu de travail, de la maison et des classes scolaires ne relève pas d’une mode passagère. L’avenir du numérique est plus important que jamais”. L’optimisme est de mise pour Bill Gates qui donne sa vision du monde futur dans l’hebdomadaire The Economist. Pour lui, l’avenir en numérique n’a jamais fait aucun doute même en ces temps de crise sécuritaire. Mais cette fois, pour le fondateur de Microsoft la véritable révolution numérique reste à venir.

“La première décennie du XXIe siècle sera numérique”, insiste Bill Gates qui évite soigneusement d’ajouter “ou ne sera pas”. Si la vague technologique des années 90 a changé la façon de communiquer et de s’informer grâce à la combinaison de l’ordinateur et de l’Internet, les dix ans à venir nous réserveraient un changement plus grand encore. “Comme l’ordinateur s’enrichit de nombreux périphériques intelligents, tous connectés à des réseaux plus rapides, plus économiques et plus simples d’utilisation, nous assisterons à la transformation au format numérique de nombreux produits et services.” A commencer par les produits dits “culturels” que sont la musique, les livres et les films de cinéma.

Bill Gates prend la musique pour exemple de ce que peut être la vie numérique. Numérisée au début des années 80, la musique se consomme désormais autant à partir de son support physique, le CD audio, que de manière dématérialisée sous forme de fichiers MP3 et autres. “Aujourd’hui, la musique se libère de son support physique. Sous forme de bits, on peut écouter de la musique de n’importe où à partir d’un appareil permettant de décoder le flux de données numériques.” Selon Bill Gates, ce phénomène va s’étendre aux images en général et aux films en particulier. Sans parler de la commercialisation et de la distribution de logiciels exclusivement en réseaux.

Nouveaux appareils pour nouveaux services

Les nouveaux modes de consommation entraîneront de nouveaux appareils à consommer. L’assistant personnel et l’ordinateur portable céderont peut-être leur place à de nouveaux objets comme la fameuse tablette PC. “Les nouveaux logiciels et les nouveaux types de périphériques, comme les ordinateurs au format tablette, faciliteront la lecture, la saisie et la recherche sur écran”, estime Bill Gates. Pour lui, les conséquences de cette révolution numérique devraient transformer l’économie des entreprises. A commencer par des économies de dépenses. “Les articles numériques sont moins chers que leur équivalent matériel. Et vous n’avez qu’à le faire une fois. Les coûts d’inventaire diminueront aussi grâce à l’informatisation et à la faculté de créer un réseau de distribution ‘virtuel’.” La facturation en ligne pourrait être le premier service à bénéficier de la révolution numérique vue par Bill Gates.

Les produits Microsoft en filigrane

Si, d’une manière générale, celui sur les épaules de qui repose en partie l’avenir de Microsoft évite soigneusement de faire référence aux produits de sa société, ils apparaissent en filigrane de son discours. Quand Bill Gates parle de consommer du contenu numérique, sonore ou imagé, on ne peut s’empêcher de penser au Windows Media Player ou Corona (voir édition du 11 décembre 2001), le logiciel de lecture de musique et vidéo, ou encore à son réseau de télévision numérique. Quand il parle de services en réseau, on pense bien sûr à .Net, la plate-forme d’exploitation de logiciels en ligne. Et quand il évoque de nouveaux périphériques, le futur PC Tablet – ce concept d’ordinateur-ardoise sans clavier annoncé depuis deux ans et que Microsoft doit livrer dans le courant du second semestre 2002 – saute à l’esprit. Autant de produits que le gourou de Microsoft nous invite indirectement à rapidement acquérir quand il avertit que “investir aujourd’hui dans les technologies de demain est plus important que jamais pour la compétitivité future”. Et après la pluie vient le beau temps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur