La Xbox, gouffre financier pour Microsoft ?

Mobilité

Selon les analystes, Microsoft perdrait jusqu’à 100 dollars par Xbox vendue. Et celle-ci se vend bien. Mais son lancement à l’international, la vente des jeux et le prochain développement d’un service payant en ligne devraient vite permettre au groupe de Bill Gates de rentrer dans ses frais.

Entre le 15 novembre, date de son lancement, et le 31 décembre dernier, Microsoft déclare avoir vendu 1,5 million de Xbox sur le seul territoire américain. Soit plus de 30 000 unités par jour. Un joli succès qui confirme l’entrée de Microsoft dans le cercle restreint des constructeurs de consoles de jeux vidéo, mais qui ne lui rapporte encore rien. Au contraire, l’éditeur de Windows perdrait de l’argent ! Selon les analystes, la Xbox serait “subventionnée” par Microsoft entre 20 et 100 dollars par appareil (on appréciera au passage la précision de l’estimation). Certains avancent même l’idée que Microsoft a peu de chances de réaliser un jour le moindre profit sur la console en elle-même.

Difficile de croire que Microsoft serait prêt à perdre plus de 90 millions de dollars avant le 30 juin 2002, date de clôture de l’année fiscale de la société. En effet, la Xbox doit sortir le 14 mars en Europe et en Australie, et le 22 février au Japon. Son constructeur espère en vendre entre 4,5 et 6 millions d’unités dans le monde avant la fin juin. D’abord, la console seule est vendue 299 dollars. Si l’on ajoute l’indispensable manette (l’advanced controller à 35 dollars ou le game controller à 40 dollars), la Xbox coûte alors plus de 334 dollars. Pour peu qu’on veuille profiter de la petite merveille pour regarder des DVD, il faut ajouter le DVD Movie Playback Kit à 30 dollars. Si l’on souhaite gonfler les 64 Mo de mémoire vive de base ou bien sauvegarder ses parties sur des modules Flash mobiles, il faut rajouter entre 25 et 35 dollars. Bref, les 299 dollars d’origine (339 euros HT) peuvent très vite se transformer en 400 dollars (453 euros HT). Une différence non négligeable, tant pour le consommateur que pour le constructeur.

Les jeux font la différence

Mais c’est surtout sur les jeux que Microsoft espère dégager des bénéfices. En moyenne, il se vendrait trois titres par console vendue. Et sur les quarante-huit titres actuellement disponibles, pas moins de onze proviennent des éditions Microsoft. Seul Infogrames et ses six titres peuvent prétendre à concurrence. A raison de 50 dollars le jeu (57 euros HT), la société de Bill Gates a bien raison d’espérer dégager des profits un jour.

Bientôt une Xbox 2 ?

Enfin, contrairement aux consoles concurrentes, mise à part la défunte Dreamcast, la Xbox a été taillée pour le Net. Des propriétés d’utilisarion en réseau que Microsoft compte bien exploiter à travers un service de jeux en ligne, service bien entendu payant qui pourrait voir le jour dans les mois qui viennent. D’ailleurs, des rumeurs persistantes font état d’une Xbox 2 enrichie notamment de propriétés d’enregistrement vidéo. Cette future Xbox 2 entrera probablement dans l’environnement Mira, serveur multimédia à domicile et nouveau cheval de bataille de l’éditeur (voir édition du 7 janvier 2002). Après tout, contrairement à ses rivales, la Xbox est un PC un peu spécialisé qui peut tourner sous Windows XP. Il serait étonnant que Microsoft n’exploite pas ses capacités d’évolution (et d’adaptation) pour rentabiliser son jeune produit.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur