LaCie : désaccord entre les deux fondateurs

Cloud

LaCie est-elle en train d’hypothéquer son avenir de première société du marché des périphériques de stockage ? Un point s’impose alors que la société semble s’essouffler. La direction de la firme française siégeant à Massy est l’objet d’une remise en question de la part de l’un de ses créateurs, Philippe Spruch, que nous avons interrogé. Enjeux et conséquences sur un marché en progression attendue, malgré la conjoncture.

“LaCie peut passer du stade de petit joueur à celui de grand acteur. Il lui faut pour cela faire doubler son chiffre d’affaires actuellement en stagnation depuis deux années. La firme peut et sait le faire. Je me propose de l’y conduire”, indique Philippe Spruch, qui entend reprendre le contrôle de la société. Celui-ci a cofondé la société avec Pierre Fournier, en 1989. Seulement, il faudrait qu’ils s’accordent sur la stratégie à adopter : alors que son succès s’est appuyé sur les besoins de stockage des arts graphiques, l’actuelle direction semble plus orientée sur un axe de développement grand public et sur une croissance géographique, par ouverture d’une filiale au Japon, deuxième marché d’Apple. Le désaccord tourne à l’aigre, ce qui semble mettre en péril l’avenir de la société. Le contrôle de LaCie par l’un de ses fondateurs ou par l’autre risque de se jouer à la possession de quelques actions près. En cas de désaccord, LaCie pourrait bien ne pas rebondir. En cas d’accord, elle pourrait redécoller. Malgré nos nombreuses tentatives, la direction de laCie n’a pas retourné nos appels.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur