L’ADSL pour Mac, c’est pour le 23 mars

Cloud

Après de longs mois d’attente, les utilisateurs Mac vont enfin pouvoir eux aussi profiter des joies du Web à grande vitesse grâce à l’ADSL. Ce qui ne sera pas forcément une bonne affaire pour France Télécom.

France Télécom a annoncé ce matin, conjointement avec Apple, que les problèmes de connexion des Mac à l’ADSL étaient résolus. En réalité, l’ancien opérateur public a du se résoudre à adopter la seule solution disponible sur le marché qui soit capable de résoudre les problèmes d’incompatibilité de protocoles entre le Mac et l’ADSL. A partir du 23 mars prochain, tous les utilisateurs Mac pourront donc se présenter dans leur agence France Télécom et repartir avec le logiciel Tunnel Builder (voir édition du 20 décembre 1999).

Malgré le prix élevé de ce logiciel, France Télécom a bien assuré que l’ADSL pour Mac ne serait pas plus cher. Autrement dit, l’ancien opérateur public devrait perdre une certaine somme, non révélée, pour chaque nouvel abonné Mac. Certains militants vont sûrement se sentir obligés de s’abonner…

Pour mémoire, on rappelle que pour se connecter à l’ADSL, il faut passer par plusieurs étapes. Tout d’abord prendre rendez-vous avec un technicien France Télécom qui viendra installer au domicile de l’internaute un filtre spécial pour transformer la ligne classique en ligne ADSL. Il en coûte 775 F. Il faut ensuite prendre un abonnement à l’offre Netissimo 1 qui, pour résumer, active les capacités haut débit de la ligne. Coût mensuel : 265 F TTC. Auxquels il faut ajouter la location du modem ADSL, pour 45 F. On peut également l’acheter pour 1 990 F TTC. Enfin, il faudra se préoccuper de prendre un abonnement ADSL auprès d’un fournisseur d’accès proposant ce service. Chez Wanadoo, filiale de France Télécom faut-il le rappeler, il en coûte 130 F TTC par mois. Club-Internet ou Magic Online propose également un accès payant à l’ADSL. Seul le fournisseur d’accès Free offre un abonnement ADSL gratuit.

Tourmentée sur le sujet de l’ADSL depuis les premiers essais à Noisy le Grand qui datent de plus de deux ans, France Télécom cède une fois de plus à la pression du marché. C’est en tout cas l’excuse invoquée pour avoir commencer à commercialiser l’ADSL alors que tous les problèmes techniques n’étaient pas encore résolus. L’accès est aujourd’hui ouvert dans une quarantaine de villes, parmi lesquelles Paris dans sa totalité, quelques unes dans l’île de France, Strasbourg et une dizaine de villes dans le département du Nord.

Pour le moment, le nombre d’abonnés se situe aux environs de 8 000, répartis comme suit : environ 7&000 sont connectés par Netissimo 1 à 500 kbits/s et 1&000 profitent d’un débit de 1 Mbit/s de Netissimo 2, plutôt destinée aux entreprises (700 F HT par mois). Quant aux problèmes de très bas débits constatés par certains utilisateurs, France Télécom ne peut que les constater, en insistant sur le fait qu’il lui est impossible de garantir quelque niveau de débit que ce soit du fait même de l’architecture d’Internet. Une association de défense des utilisateurs s’est même créée il y a quelques mois. Son nom : ADSL, pour Association Des Surfeurs Lésés et dont le mot d’ordre est Attention Download Super Lent !

Pour en savoir plus :

* Netissimo chez France Télécom

* L’association ADSL


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur